Allocation patrimoniale : comment bien répartir son patrimoine ?

Mathilde Hardy, Rédactrice patrimoine

16 min


MAJ décembre 2023

Gérer un patrimoine ne s’improvise pas. Si l’on veut continuer à voir celui-ci se valoriser, élaborer une stratégie d’allocation patrimoniale est indispensable pour investir au mieux de ses intérêts tant sur le plan financier que fiscal. Pour être efficace, elle doit prendre en compte la situation personnelle et les objectifs de l’investisseur. Allocation patrimoniale : comment bien répartir son patrimoine ? Nos réponses.

1
Qu'est-ce qu'une allocation patrimoniale ?

L’allocation patrimoniale est une technique de gestion de patrimoine.

Elle consiste à répartir votre patrimoine entre les différentes grandes familles d’investissement. Aussi appelées classes d’actifs.

De cette répartition dépendront la valorisation, mais aussi la sécurité de vos investissements.

Il ne faut effectivement pas mettre tous ses œufs dans le même panier.

L’organisation de votre allocation patrimoniale doit être établie avant tout en fonction de vos objectifs et projets, mais aussi en fonction de votre sensibilité aux risques (goût ou aversion pour le risque), de votre horizon d’investissement et donc de votre âge. Les investissements choisis peuvent aussi dépendre de vos centres d'intérêts, tels que l'environnement, la dimension sociale,...

Bon à savoir

Allocation patrimoniale ou allocation d’actifs ont la même signification, à savoir, répartir son patrimoine entre différents supports d’investissements.

2
Quelles sont les grandes familles d'actifs d'un patrimoine ?

Les investissements sont classés en grandes familles. Elles se différencient par leur nature, leur risque, leur rendement, leur liquidité et l’horizon du placement.

L'immobilier de jouissance (résidence principale et secondaire)

L’accession à la propriété est un besoin de sécurité pour soi : celui de s’assurer un toit sur la tête, d’assurer son avenir et celui de ses proches. Très souvent, l’acquisition est faite à l’aide d’un emprunt et le loyer correspond à la mensualité du crédit.

Pour information...

La cession de sa résidence principale est exonérée d’impôt sur la plus-value immobilière, au contraire de la cession de sa résidence secondaire.

L'épargne de précaution

L'épargne de précaution, c'est le matelas de sécurité constitué par l’épargne liquide. C'est-à-dire les livrets d’épargne et les liquidités dormant sur les comptes courants.

Cette épargne est destinée à faire face en cas de coup dur, par exemple, la maladie, le chômage, l’achat d’un équipement coûteux ou des travaux urgents, et aussi pour des besoins de loisirs comme un voyage...

Si l’épargne immédiatement disponible est souhaitable, son montant ne doit pas atteindre un trop haut niveau.

Le surplus peut être investi dans des placements plus risqués, potentiellement plus rentables sur le long terme. Par exemple, une assurance-vie avec une part en unités de compte comportant des actions pour en booster le rendement.

Les fonds euros de l'assurance-vie

Pour les investisseurs qui ne souhaitent pas prendre de risque avec leur épargne, souscrire une assurance-vie en euros est un bon placement.

Elle doit son appellation au fait que le montant du fond est en euros, et non en unités de comptes.

Bon à savoir

Les fonds euros sont à capital garanti : cela signifie que les plus-values générées sont automatiquement sécurisées par leur contrat. C’est ce qu’on appelle “l’effet cliquet”.

Ces fonds en euros constituent alors une épargne sécurisée utile pour financer un projet (par exemple constituer l’apport personnel d’une acquisition immobilière) ou profiter de l’opportunité d’investissement dans le futur.

Les actions

Les actions sont des parts de société. Elles peuvent être cotées en bourse, ou non.

Elles confèrent à l’investisseur, outre le droit de vote aux assemblées générales, l’attribution du dividende lorsque la société en distribue.

L’investisseur peut réaliser une plus-value lors de la revente, mais peut aussi perdre tout ou partie de son capital.

Il est possible d’acheter des actions directement auprès de l’entreprise ou alors à travers une enveloppe comme le PEA (Plan d’Epargne en Action), l’assurance-vie, le CTO (Compte Titre Ordinaire) etc...

Placements des actions cotées

Une action cotée peut être achetée et vendue sur le marché boursier. Son prix dépend généralement de l’offre et de la demande.

Les actions génèrent un dividende et se valorisent par la croissance de l’entreprise.

Vous aurez le choix pour investir sur les actions françaises puisque plus de 800 sociétés sont cotées sur Euronext Paris. 

Placements des actions non cotées

Une action non cotée  n’existe pas sur le marché boursier. L’entreprise a choisi de placer ses actions directement entre les mains d’investisseurs privés. On parle aussi de private équity.

Si ce placement permet de soutenir la croissance des entreprises, il peut être plus risqué car il dépend de la solvabilité de l'entreprise.

L’investisseur entre au capital d’une entreprise pour une durée minimum de 5 ans et sans garantie de récupérer son capital. L'espérance de gain peut être important par la valorisation des parts si l’entreprise prospère, mais il peut aussi être réduit à néant en cas de faillite de l’entreprise. Et il n’y a pas de distribution de dividendes lors de la phase de démarrage.

A noter

Les parts peuvent être souscrites par :

  • Un FCPI (fonds commun de placement dans l’innovation),
  • Un FCPR (fonds commun de placement à risques),
  • Un FIP (fonds d’investissement de proximité),
  • Directement auprès de l’entreprise.

Ces actions peuvent être détenues dans un contrat d’assurance-vie, dans un PEA, dans un PEA-PME.  A titre d’exemple, il est possible d’investir dans un fonds qui permet de réhabiliter des passoires énergétiques ou encore de développer des projets photovoltaïques.

Pour réussir ses investissements en actions non cotées, il est conseillé de se faire accompagner par un professionnel qui sélectionnera pour vous les projets sur lesquels répartir les fonds investis.

L'immobilier : investissement locatif (meublé locatif)

Il faut distinguer 2 formes de placement dans l’immobilier locatif :

  • L’investissement locatif proprement dit : l’investisseur fait l’achat d’un bien destiné à être loué (location nue ou meublée), financé par un emprunt ou par des fonds dont dispose l’investisseur,
  • L’acquisition de parts de SCPI (Société Civile de Placement Immobilier), ce que l’on nomme couramment la pierre papier : l’investisseur ne détient pas directement de l’immobilier, mais est propriétaire de parts de sociétés qui investissent dans des murs à destinations diverses  (entreprises, commerces, bureaux, entrepôts, locaux d’habitation, santé…).  En contrepartie, la société lui verse des dividendes qui entrent dans la catégorie des revenus fonciers.

Pour réduire le risque...

Il est recommandé d’opter pour des SCPI présentant une variété d’actifs diversifiés (bureaux, commerces, entrepôts, hôtels, logements…) situés sur différentes zones géographiques (Île-de-France, régions, mais aussi étranger). Et pourquoi pas également financer des projets immobiliers sélectionnés avec soin dans le cadre d’opérations de crowdfunding immobilier.

A titre d’exemple, il est possible d’acquérir des parts de SCPI qui investissent dans des résidences séniors ou des établissements de soins etc...

Les matières premières (or, argent etc...)

Les matières premières, et en premier lieu les métaux précieux, constituent une classe d’actif à ne pas négliger.

  • L’or, mais également l’argent, le platine et le palladium, sont considérés comme des valeurs refuges.
  • D’autres métaux à vocation industrielle (cuivre, zinc, nickel…) font l’objet d’une demande élevée en fonction des périodes.
  • Tout comme les produits agricoles (blé, maïs, soja…) dont les cours peuvent fluctuer de façon importante en fonction de la demande et des volumes récoltés.

Intégrer une partie de matières premières dans son portefeuille d’actif peut présenter des avantages : diversification du portefeuille, recherche de performance à long terme, protection contre l’inflation.

Les supports de diversifications (investissements non cotés, forêts, vin, cryptomonnaies, etc...)

Il existe d’autres supports de diversification patrimoniale, plus risqués :

Les cryptomonnaies sont également une alternative d’investissement décorrélé des marchés financiers, mais sont sujettes à une forte volatilité et à un risque de perte totale.

Attention !

L’ensemble de ces placements purement spéculatifs doivent représenter une part minime de votre patrimoine. 

Des conseils par un professionnel en gestion de patrimoine s'avèrent plus que nécessaires avant d'acquérir ce type de solution.

3
Existe-t-il une répartition idéale de patrimoine ?

Trouver son allocation d’actifs, ou allocation patrimoniale, idéale nécessite de prendre en compte différents critères, propre à chaque investisseur.

L'importance de l'horizon de placement

La durée du placement va commander le type d’investissement à réaliser :

  • À court terme (jusqu’à 3 ans maximum) : sont à privilégier les produits permettant une épargne de précaution disponible à tout moment. Par exemple, le Livret A, le LDDS, le LEP, les liquidités),
  • À moyen terme (de 3 à 7/8 ans) : sont à privilégier le fonds en euros des assurances-vie qui vous garantissent un rendement acceptable tout en vous assurant sécurité et liquidité. Mais aussi les placements boursiers,
  • Sur le long terme (de 7/8 ans à 30 ans et plus) : l’investisseur a le choix entre les actions cotées, les obligations d’états, l’or ou l’immobilier.

La prise en compte des projets et son âge 

Pour déterminer votre allocation patrimoniale, vous devrez tenir compte de vos projets et de votre âge.

Parmi les projets, certains peuvent être financés par l’emprunt. C’est notamment le cas de l’immobilier, non seulement pour acquérir sa résidence principale mais aussi pour se constituer un patrimoine en immobilier locatif.

Plus l’investisseur est jeune et plus il peut se constituer un patrimoine important en partant d’un petit capital. Pour cela il lui suffit d’utiliser le levier du crédit.

Par contre, la même situation ne saurait être acceptée si vous allez partir à la retraite dans les 5 ans. Il est préférable d’alléger, voire supprimer, la charge de vos emprunts éventuels. Ceci de façon à rendre supportable la baisse de votre niveau de vie à la retraite.

Autrement dit :

  • Si vous avez 30 ans, une allocation dynamique ne devrait pas nuire à vos intérêts. Sur le long terme votre prise de risque sera contrôlée. Tout dépend de votre appétence pour le risque,
  • Si vous préparez votre départ à la retraite, envisager une allocation plus défensive et plus équilibrée est préférable.  En effet les besoins des retraités peuvent être différents comme l'anticipation une perte de revenu ou un projet voyage...  
    NB : Concernant les personnes âgées qui peuvent être plus vulnérables, il est nécessaire d’être très prudent sur la composition de leur patrimoine. Par exemple, disposer de liquidités suffisantes pour face aux besoins du quotidien. 

Pourquoi l'allocation patrimoniale peut avoir un impact sur le rendement de vos actifs (épargne, placements, investissements immobiliers) ?

En principe plus le risque est grand, plus le rendement est potentiellement élevé.

Mais hormis si vous concevez vos placements comme un jeu de casino, vous devrez décider de vos placements en fonction de votre acceptation du risque (la loi impose d’ailleurs aux offres de placements financiers d’en préciser le risque au moyen d’une échelle allant de 1 à 7).

De vos choix dépendront non seulement le rendement de votre épargne, mais également la sécurisation de vos avoirs.

Ainsi, l’épargnant qui réalisera un investissement en immobilier locatif se verra, sauf carence locative, gratifié d’un loyer et verra son capital protégé à terme. À l'inverse, s’il investit dans un placement plus risqué  (6 ou 7 sur l’échelle), rien ne lui garantit la protection de son capital…

Les montants investis sur les compartiments en unités de compte sont soumis à des fluctuations à la hausse ou à la baisse suivant les évolutions des marchés financiers et présentent un risque de perte en capital. Ce risque financier est assumé par l’adhérent.

Qu'est-ce qu'une bonne allocation patrimoniale ?

La bonne allocation patrimoniale résulte donc d’une alchimie visant à générer la performance souhaitée sur l’horizon de placement tout en limitant les risques au niveau que l’on est prêt à accepter de perdre.

Pourquoi est-il nécessaire de diversifier son patrimoine ?

Diversifier son patrimoine est la meilleure façon de diminuer les risques de perte.

Tous les actifs répondent à des cycles économiques distincts, et de ce fait vont évoluer différemment dans le temps.
 

4
Est-il possible de déléguer la gestion de son patrimoine ?

Gérer soi-même la part de son patrimoine investie sur les marchés nécessite un suivi régulier et donc du temps, mais aussi de solides connaissances.

La gestion pilotée

Pour ceux que cela rebuterait, mais qui souhaitent néanmoins profiter des nouvelles opportunités, la gestion pilotée est la solution. Votre épargne est confiée à un professionnel qui se charge de réaliser les allocations, le suivi et les arbitrages en fonction de votre profil d’investisseur.

Chez MAIF nous proposons une gestion pilotée...

Pour ceux qui souhaitent une gestion plus personnalisée, sachez qu’il existe aussi la gestion sous mandat, proposée par les gestionnaires de fortune.

Bon à savoir

La bonne allocation patrimoniale est avant tout propre à chaque investisseur et est fonction de son âge, de ses projets, de son horizon de placement, de son appétence au risque, mais aussi de ses centres d’intérêts, ses valeurs etc... Le professionnel à l’écoute sélectionnera les dispositifs d’épargne ou les placements financiers selon le profil et les objectifs de son client.

Ce qu'il faut retenir sur l'allocation d'actifs

  • Le maître-mot de l'allocatif d'actifs est la diversification.
  • Objectif de rendement, horizon d'investissement et niveau d'appréhension des risques acceptés en sont les 3 composantes qui combinées, vont permettre de qualifier l'allocation : prudente, équilibrée ou dynamique. 
  • De bons conseils en gestion de patrimoine  sont essentiels pour organiser et optimiser avec vous votre stratégie patrimoniale. 
  • L'allocation patrimoniale est un facteur clé de performance de votre patrimoine. 
     

Côté MAIF

Pour la constitution de son allocation patrimoniale et pour bien diversifier son patrimoine, il est préférable de se faire accompagner par un conseiller.

Sur le même thème

Comment mettre de l'argent de côté quand on est jeune ?

Étudiant ou jeune actif : c’est important pour vous de financer vos projets par vous-même, mais économiser de l’argent vous semble difficile au vu de vos moyens ? Même avec un petit budget, c’est tout à fait possible : nous vous partageons quelques conseils pour mettre de l’argent de côté.

Comment investir dans une forêt ?

Vous souhaitez mettre un peu de chlorophylle dans votre portefeuille mais vous ne savez pas comment faire ? Dans la catégorie des placements dits atypiques, l’investissement dans une forêt en France est certainement celui qui correspond le mieux aux aspirations de notre époque : durable, écoresponsable, fiscalement avantageux. Comment investir dans une forêt ? Découvrez nos réponses.

Faut-il investir dans la cryptomonnaie ?

Selon un sondage récent1, 8 % des Français ont déjà investi dans les cryptos. Un taux supérieur aux 6,7 % de nos compatriotes qui détiennent des actions en direct2. Pourtant, acquérir des titres d’entreprises présente moins de risques qu’acheter de la monnaie électronique.

Une épargne responsable et performante

Pour gagner de l’argent, on dit souvent qu’il faut être un requin ! Et si vous préférez être un animal tout mignon ? Pourquoi n’auriez-vous pas le droit de vous faire de l’argent en épargnant responsable ?