1. maif.fr
  2. Epargne et patrimoine
  3. Guide constituer patrimoine
  4. Constituer une épargne de précaution

Pourquoi et comment se constituer une épargne de précaution ?

02/2021 - Mis à jour le 01/02/2021 par Jean-Philippe D.

Une épargne de précaution est une réserve d’argent que l’on se constitue pour faire face à des dépenses imprévues. Il est recommandé d’épargner en priorité sur un livret l’équivalent de 2 à 3 mois de salaire pour pouvoir en disposer facilement en cas d’urgence et sans contraintes. Compléter cette réserve avec une assurance vie destinée à préparer vos projets permet d’améliorer sur la durée le niveau d’accumulation et le rendement de votre épargne. Votre argent reste disponible à tout moment en cas de besoin.

Couple

Définition de l'épargne de précaution

  • Une épargne de sécurité
    L’épargne de précaution désigne un capital constitué pour faire faire face à des dépenses imprévues, comme la réparation de la voiture, le changement de la chaudière ou un rappel d’impôt à payer. Cette somme d’argent doit donc être disponible à tout moment.
    L’épargne de précaution sert également à financer des projets très court terme : des prochaines vacances, un changement d'ordinateur ou tout autre projet lié à un loisir.
  • Différence entre épargne de précaution et épargne de « projet »
    Comme son nom l’indique, l’épargne de projet sert à financer des projets, comme l’acquisition de la résidence principale, la création d’une entreprise ou la préparation à la retraite. On parle aussi d’investissement par objectifs.
    Ce type d’épargne s’inscrit sur le moyen ou long terme. Les sommes placées peuvent être bloquées pendant plusieurs années, en contrepartie notamment d’avantages fiscaux (exonération d’impôt sur les gains, déduction des versements sur les revenus imposables).

Pourquoi est-il important de se constituer une épargne de précaution ?

L’épargne de précaution évite d’être à découvert (et donc de payer des agios bancaires) ou de devoir contracter un crédit à la consommation (et donc de payer des intérêts généralement élevés). Elle permet aussi de ne pas laisser ses économies sur son compte courant et prendre ainsi le risque de les dépenser. Enfin, elle offre un rendement qui permet de faire fructifier son pécule.

Quel montant pour votre épargne de précaution ?

Il est conseillé d’épargner l’équivalent de trois à six mois de salaire, soit environ entre 5 000 et 15 000 €. L’idéal est de mettre en place des virements automatiques mensuels depuis son compte en banque, afin de « lisser » l’effort d’épargne dans le temps. Selon le dernier rapport annuel de la Banque de France publié le 27 octobre 2020, les Français détenaient 771,5 milliards d’euros sur leur livret d’épargne réglementée en 2019, auxquels il faut ajouter 1 700 milliards d’euros d’assurances vie en euros.

Livrets, assurance vie : où doit être placer votre épargne de précaution ?

Comme vu précédemment, l’épargne de précaution doit être « liquide » : l’épargnant doit pouvoir y effectuer des versements et des retraits quand il veut et du montant qu’il souhaite. Par ailleurs, il est important que les sommes économisées ne soient pas soumises aux variations des marchés financiers.
Les livrets règlementés (c’est-à-dire dont le taux d’intérêt est fixé par le gouvernement), tels que le Livret A, le Livret de développement durable et solidaire (LDDS), le Livret d’épargne populaire (réservé aux personnes modestes) et le Livret Jeune (destiné aux 12-25 ans), remplissent parfaitement le rôle d’épargne de précaution. L’argent y est totalement disponible et le capital (le cumul des versements) est garanti par l’État.
Ces placements présentent toutefois des limites : les versements ne peuvent excéder un certain plafond (22 950 € pour le Livret A, 12 000 € pour le LDDS, 7 700 € pour le LEP, 1.600 € pour le Livret Jeune) et ils proposent des taux de rémunération très faibles (0,5 % pour le Livret A et le LDDS, au moins 0,5 % pour le Livret Jeune, 1 % pour le LEP).
Les fonds en euros des contrats d’assurance vie, qui sont eux-aussi « liquides » et dont le capital est cette fois-ci garanti par l’assureur, ne sont pas plafonnés et offrent des rendements plus élevés. Toutefois, contrairement aux livrets réglementés qui sont entièrement défiscalisés, les gains sont soumis aux prélèvements sociaux (CSG, CRDS, prélèvement de solidarité) à 17,2 % et à l’impôt sur le revenu.
Il est recommandé d’attendre huit ans après la souscription du fonds euros pour effectuer un rachat (l’équivalent d’un retrait). En effet, une fois cette durée de détention passée, les gains sont exonérés d’impôt à hauteur de 4 600 € par an pour un célibataire ou de 9 200 € par an pour un couple marié ou pacsé déclarant en commun ses revenus.