1. maif.fr
  2. Epargne et patrimoine
  3. Guide constituer patrimoine
  4. Influenceurs financiers: faut-il les écouter ?

Faut-il écouter les nouveaux influenceurs financiers sur les réseaux sociaux ?

Jean-Philippe D.

9 min


MAJ octobre 2022

De plus en plus de stars du Web donnent des recommandations en matière de produits financiers. Des conseils pas toujours avisés et qui peuvent même quelque fois déboucher sur des pratiques commerciales trompeuses.

Qu’est-ce qu'un « fininfluenceur »  ?

Ce terme désigne les influenceurs spécialisés dans le domaine de la finance. On en trouve beaucoup dans l’univers des cryptomonnaies et notamment du bitcoin. Il arrive aussi que des influenceurs plus généralistes fassent de temps en temps l’éloge d’un produit financier.

Les avantages de suivre les conseils financiers des influenceurs

La plupart du temps, les influenceurs postent des vidéos sur les réseaux sociaux (Instagram, Snapchat, TikTok et, dans une moindre mesure, Facebook et Twitch) dans lesquelles ils expliquent comment se faire facilement de l’argent ou investir dans des placements présentés comme étant très rentables. Ces formats sont particulièrement appréciés des jeunes parce qu’ils sont gratuits, courts, souvent ludiques et utilisent des mots de tous les jours et non le vocabulaire technique et financier. D’ailleurs, une étude récente1 révèle que 65% des 16-25 ans s’informent grâce aux réseaux sociaux, principalement Instagram.

Les risques de suivre les conseils financiers des influenceurs

Les influenceurs ne sont pas des professionnels de la finance. Ils peuvent parler de placements sans maîtriser le fonctionnement et la réglementation de ce type de produit. Surtout, dans la majorité des cas, leurs posts sont rémunérés par des opérateurs du marché (plateformes, courtiers…), ce qu’ils oublient généralement de préciser.

Compte tenu de leur audience (un influenceur peut compter plusieurs millions d’abonnés) et de leur pouvoir de prescription, cette pratique commerciale est devenue un véritable « business ». Au point que l’Autorité des marchés financiers (AMF) et l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP) ont récemment édicté un code de bonne conduite2 à l’égard des influenceurs, dans lequel ces derniers sont invités à indiquer le caractère rémunéré de leurs publications et les éventuels conflits d’intérêt avec la marque promue.

Le marketing d’influence peut quelque fois virer à l’arnaque. Dans une « story » postée sur Snapchat, une célèbre influenceuse a vanté les vertus d’un site de trading, y affirmant que les sommes investies pouvaient être systématiquement récupérées et que les rendements pouvaient atteindre 80% ! Elle a dû s’acquitter d’une amende transactionnelle de 20 000 euros pour pratiques commerciales trompeuses3.

Comment éviter les pièges  

En matière d’épargne, il est recommandé de respecter l’adage selon lequel « il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier ». Cela signifie qu’il ne faut pas investir ses économies dans un seul placement, mais dans plusieurs classes d’actifs (actions, obligations, immobilier…), afin de limiter les risques de pertes et répartir les sources de performance.

Il faut aussi avoir en tête que plus un investissement propose un rendement élevé et plus il est risqué. Enfin, il faut privilégier les acteurs financiers connus, gérer ses comptes au jour le jour et investir dans des placements que l’on comprend. D’une manière générale, il faut se renseigner au préalable auprès de sources officielles.

Quelques sources officielles :

Côté MAIF

Avec MAIF, vous disposez d’un large choix de supports d’investissement qui sont en plus labellisés responsables, solidaires ou verts : garantie d’un impact positif de vos investissements. Pour bénéficier d'un accompagnement personnalisé, nos conseillers sont à votre disposition.

Les montants investis sur les compartiments en unités de compte ne sont pas garantis mais sont sujets à des fluctuations à la hausse ou à la baisse dépendant en particulier de l’évolution des marchés financiers. L’assureur s’engage uniquement sur le nombre d’unités de compte, et non sur la valeur des unités de compte. Les unités de compte présentent un risque de perte en capital. Ce risque financier est entièrement assumé par l’adhérent. Les performances des unités de compte en actions ou de toute nature doivent donc être appréciées sur plusieurs années en tenant compte de la durée de placement conseillée (moyen à long terme).

Sur le même thème

assurance vie unites de compte

Qu’est-ce qu’un contrat d’assurance vie en unités de compte ?

Plus rémunératrice mais aussi plus risquée, l’assurance vie en unités de compte gagne du terrain face aux contrats en euros. Elle se distingue par la manière dont est employée l’épargne sur les marchés, mais aussi par la grande diversité de stratégies de placement qu’elle autorise.

Pourquoi ouvrir une assurance vie quand on est jeune ?

Pourquoi ouvrir une assurance vie quand on est jeune ?

Ouvrir une assurance vie lorsque l’on est jeune, c’est un bon réflexe à avoir pour commencer à épargner. Avant 30 ans, il est déjà temps de se constituer un capital qui – à moyen ou long terme – servira à financer ses projets. L’assurance vie est un placement intéressant, même pour les jeunes. Voici pourquoi.

Couple

Pourquoi et comment se constituer une épargne de précaution ?

Une épargne de précaution est une réserve d’argent que l’on se constitue pour faire face à des dépenses imprévues. Il est recommandé d’épargner en priorité sur un livret l’équivalent de 2 à 3 mois de salaire pour pouvoir en disposer facilement en cas d’urgence et sans contraintes. Compléter cette réserve avec une assurance vie destinée à préparer vos projets permet d’améliorer sur la durée le niveau d’accumulation et le rendement de votre épargne. Votre argent reste disponible à tout moment en cas de besoin.