1. maif.fr
  2. Auto-moto
  3. Conseils sur l'assurance auto
  4. Types de véhicules à assurer
  5. Comment bien assurer un véhicule de plus de 10 ans ?

Comment bien assurer un véhicule de plus de 10 ans ?

08/2019 - Mis à jour le 07/08/2019 par Claire.T

Votre voiture a été mise en circulation il y a longtemps ? Que vous veniez de l’acheter ou non, si elle a plus de 10 ans, la question de l’assurance se pose. Au-delà d’une certaine ancienneté, certaines garanties deviennent moins pertinentes. Mais pas toutes.

Comment bien assurer un véhicule de plus de 10 ans ?

Quand on achète une voiture de plus de 10 ans, est-on obligé de la faire assurer ?

Oui ! Ne pas le faire vous expose à un risque d’amende de 3 750 euros, une suspension de permis de trois ans et la confiscation de votre véhicule. Et ce, même si celui-ci ne circule pas ou très peu.
 
Le minimum exigé par la loi est la garantie responsabilité civile présente dans tous les contrats d’assurance auto, y compris au tiers. Elle couvre uniquement les dommages corporels et matériels causés aux tiers en cas d’accident et ne prend pas en charge ceux causés au véhicule assuré et à son conducteur.
 
Pour être mieux protégé, deux solutions existent :
  • Ajouter des garanties au contrat d’assurance, comme les garanties vol, incendie, bris de glace 
  • Souscrire une assurance tous risques, la formule d’assurance auto la plus complète qui prend en charge tous dommages accidentels du véhicule. 

Assurance au tiers/ assurance tous risques : quelle est la meilleure formule pour un véhicule de plus de 10 ans ?

Plus couvrante, l’assurance tous risques est aussi plus onéreuse que l’assurance au tiers. 
Or, l’indemnisation en cas de sinistres dépend de la valeur du véhicule et celle-ci diminue beaucoup au fil du temps et des kilomètres parcourus (seule exception : les voitures de collection, pour lesquelles il existe des assurances particulières).

L’assurance tous risques n’est donc pas forcément intéressante pour protéger un bien de plus de 10 ans, l’indemnité perçue en cas de sinistre pouvant paraître faible rapportée au montant des primes ou de la cotisation d’assurance. L’assurance au tiers peut être préférable.

Toutefois, si votre véhicule a encore une certaine valeur et/ou que vos moyens financiers ne vous permettent pas de le réparer ou de vous rééquiper en cas d’accident responsable, il peut être utile de compléter le contrat d’assurance au tiers avec des garanties supplémentaires.  N’hésitez pas à vous renseigner et à demander conseil à votre assureur.

Quand un véhicule vieillit, à quel moment passer de l’assurance tous risques à l’assurance au tiers ?

Le cap des 10 ans est symbolique, car à partir de cet âge, la valeur du véhicule est souvent faible.
 
Cela étant, chaque cas est particulier, car tout dépend :
  • De la marque, du modèle et de l’état du véhicule (malgré la décote, certaines voitures conservent de la valeur dix ans après avoir été mises en circulation) ;
  • Des capacités financières du propriétaire.
D’une manière générale, si vous estimez que le rapport entre l’effort financier lié à l’assurance de votre voiture et les indemnisations auxquelles vous pouvez prétendre en cas de sinistre n’est plus satisfaisant, alors c’est le moment de remplacer votre contrat d’assurance tous risques par un contrat d’assurance au tiers.  
 
Avant de descendre en gamme, relisez votre contrat : certaines formules tous risques indemnisent le vol ou la destruction totale des véhicules sur la base d’une valeur minimale qui peut être supérieure à sa valeur réelle au moment du sinistre. 
Côté MAIF
  • Vous avez une formule tous risques depuis au moins 5 ans : si votre véhicule est irréparable (suite à un accident) ou volé, vous bénéficiez d’une indemnité forfaitaire minimum, comprise entre 1900€ et 3600€ suivant le modèle.
  • Si vous avez opté pour une formule au tiers enrichi (formule Essentiel), les risques de vol, d’incendie, ou de bris de glace sont couverts.
  • Si votre véhicule est ancien et qu’il s'agit d’un “véhicule de collection”, MAIF propose une assurance spécifique qui tient compte de sa valeur réelle.