1. maif.fr
  2. Épargne-financements
  3. Conseils sur l'assurance vie
  4. Fonctionnement d'une assurance vie
  5. Versements d’une assurance vie : ce qu’il faut savoir

Versements d’une assurance vie : ce qu’il faut savoir

08/2018 - Mis à jour le 10/08/2018 par Nicolas.F

Pour alimenter un contrat d’assurance vie, il faut procéder à des versements. Quels sont les types de versements possibles ? Lequel choisir selon l’objectif derrière la souscription à votre assurance vie ? Quels sont les frais sur les versements ?

versements assurance vie

Versement d’assurance vie : qu’est-ce que c’est ?

L’assurance vie permet à la fois de se créer une épargne et de faire fructifier son patrimoine, grâce à son système de versements :
  • vous versez des sommes d’argent sur votre assurance vie, de façon régulière ou non ;
  • cet argent est placé par l’assureur sur les fonds de votre choix, avec un taux d’intérêt évalué et versé chaque année.
Concrètement : vous pouvez procéder aux versements sans limite de plafond, et par le moyen de paiement de votre choix (chèque, virement, prélèvement, etc.).

Quel type de versement choisir pour son assurance vie ?

Il existe trois types de versements sur l’assurance vie :
  • Versement unique : comme son nom l’indique, au moment de la souscription, l’assuré verse une seule prime. Ce type de versement peut être envisagé dans le cas où vous avez une rentrée d’argent inattendue. Il permet de transmettre ce capital au(x) bénéficiaire(s) de votre choix, ou en programmant des rachats partiels de façon à vous constituer une rente régulière. 
  • Versements programmés : le contrat prévoit alors une somme fixe de cotisations, qui se font sur une périodicité et une durée déterminée également au contrat (par exemple des cotisations mensuelles pendant 10 ans). Ce type de versements programmés est à privilégier si vous désirez vous constituer une épargne.
  • Versements libres : c’est le type de versement le plus souple. Il n’y a pas d’obligation de montant sur les cotisations ni sur leur périodicité. Certaines compagnies d’assurance demandent tout de même un montant minimum pour le premier versement, puis pour les versements complémentaires. Avec les versements libres, vous avez aussi l’option de programmer des versements réguliers. Cette programmation peut ensuite s’annuler sans frais.

Quels frais ?

Quand on effectue un versement sur son contrat d’assurance vie, il peut y avoir des frais : c’est ce que l’on appelle les frais d’entrée ou les frais sur versements. Ces frais sont à retrancher du montant investi sur les fonds de placement, pour déterminer les sommes qui vont fructifier. Leur taux varie en fonction des produits :  
  • quand les versements sont faits via Internet, les frais sont souvent inexistants ;
  • autrement, il faut prévoir en moyenne 3.5% de la somme versée de frais de versement (source : dossier de l'épargne guide assurance vie 2017)
A noter : n’hésitez pas à négocier ce taux avec votre assureur. Il peut faire un geste selon les sommes que vous allez investir dans l’assurance vie, et la périodicité des versements.

Décès de l’assuré : quelle fiscalité sur les versements de l’assurance vie ?

Après le décès du souscripteur, la fiscalité de l’assurance vie pour son ou ses bénéficiaires est la suivante :
  • Sur la part du capital versé avant 70 ans : chaque bénéficiaire aura un abattement de 152 000 €. Pour les sommes dépassant ce seuil, les droits de succession sont de 20 % jusqu’à 700 000 euros, et de 31,25 % au-delà.
  • Pour les primes versées après 70 ans : l’abattement est unique, quel que soit le nombre de bénéficiaires. Les sommes allant au-delà de 30 500 € seront réintégrées dans la succession, sauf la part correspondant aux intérêts capitalisés.
Ce seuil des 70 ans est donc essentiel pour décider des dates de versements. Par ailleurs, en 2018, l’espérance de vie est de 79,5 ans pour les hommes et 85,4 ans pour les femmes. (Source : Ined). Ces deux points sont à prendre en compte dans l’ouverture et le versement de primes sur son assurance vie.
 
A noter : quel que soit l’âge auquel les cotisations ont été versées, si le bénéficiaire de l’assurance vie est le conjoint ou partenaire de Pacs de l’assuré, il bénéficiera d'une exonération de droits de succession à régler sur le capital décès.
Les + MAIF
  • Un compartiment en euros garanti solidaire
  • Un soutien apporté à une cause solidaire
  • Une contribution à l'économie responsable et solidaire