1. maif.fr
  2. Habitation
  3. Guide investissement locatif
  4. Prêt
  5. Évaluer sa capacité d’emprunt

Évaluer sa capacité d’emprunt pour un investissement locatif

11/2020 - Mis à jour le 13/11/2020 par Aurélie S.

Avant de se lancer dans un investissement immobilier locatif à crédit, il est impératif de connaître sa capacité d'emprunt. Calculée notamment en fonction des revenus de l’emprunteur, elle est déterminante pour fixer son budget d’achat ainsi que le taux d’intérêt du prêt.

capacité d’emprunt investissement locatif

Définition de la capacité d’emprunt

La capacité d’emprunt immobilier correspond au montant du prêt maximum qu’une personne peut obtenir de la part de sa banque pour financer son projet d’investissement locatif. C’est, avec l’apport personnel et les éventuels crédits en cours, l’un des principaux critères étudiés par le prêteur pour l’octroi du prêt. Pour évaluer la capacité d’emprunt, le banquier prend en compte le taux d’endettement et le reste à vivre de l’emprunteur.

Les liens avec la capacité d’emprunt pour une résidence principale

Le fait d’avoir un crédit immobilier en cours, qui permet de rembourser l’achat de sa résidence principale, n’empêche pas, en soi, de souscrire un nouvel emprunt dans le cadre d’un investissement locatif. Cette possibilité de cumul nécessite toutefois de vérifier son endettement actuel, puis après financement. Le montant emprunté pour l’acquisition du nouveau bien immobilier dépend là aussi de la capacité de remboursement de l’emprunteur.

La prise en compte des revenus locatifs dans la capacité d’emprunt

Dans le calcul de la capacité d’emprunt, les banques intègrent les revenus locatifs attendus de l'investissement à financer. Toutefois, pour couvrir les risques de l'investissement locatif (loyers impayés, logements vacants...), elles ne prennent en compte que 70 % des revenus censés être perçus chaque mois. Pour un loyer de 900 €, par exemple, seuls 630 € seront pris en compte dans le calcul de la capacité d’endettement. Deux options se présentent pour intégrer les revenus locatifs à son profil emprunteur : soit les ajouter à l'ensemble de ses revenus, soit les déduire intégralement de ses charges.

Les autres revenus pris en compte pour calculer la capacité d’emprunt

Outre les revenus locatifs, la banque tient également compte des salaires ou des revenus professionnels de l’emprunteur. Certains établissements de crédit examinent aussi les pensions alimentaires et les allocations familiales. En revanche, les revenus de placements financiers n’entrent pas dans le calcul.

L’apport personnel

L'apport personnel permet avant tout d'alléger le poids global de son emprunt immobilier. Traditionnellement, les banques exigent que cet apport financier compte pour au moins 10 % du projet, hors frais de notaire.

Les charges prises en compte pour évaluer le taux d’endettement

Pour évaluer son endettement, qui ne doit théoriquement pas dépasser le taux de 33 %, l’emprunteur doit déduire les charges de ses revenus. Parmi elles figurent, entre autres, les mensualités de crédit en cours et les loyers.

L’importance de calculer son reste à vivre

Afin de déterminer la capacité d'emprunt, la banque va aussi calculer le reste à vivre. C'est ce qu'il reste à l'emprunteur pour assumer ses dépenses courantes (alimentation habillement, factures…), une fois réglées les charges liées à l’investissement locatif (mensualités de remboursement, assurance emprunteur, taxe foncière…).

Côté MAIF
  • En 2019, plus d'un tiers des acquéreurs d'un bien immobilier ont fait appel à un courtier en crédit.

    Notre filiale 100 % MAIF, Crédit Immobilier Direct vous accompagne dans la recherche de la meilleure solution de financement.