Quels sont les travaux déductibles de vos revenus fonciers ?

02/2021 - Mis à jour le 26/02/2021 par Aurélie S.

Certaines dépenses de travaux sont déductibles des revenus fonciers perçus par un propriétaire bailleur qui met en location une maison ou un appartement. Les charges à déduire viennent, in fine, minorer l’impôt dû l’année suivante . Cette déduction dépend du régime fiscal choisi par le propriétaire bailleur (microfoncier ou réel).

hommes qui font des travaux

Le régime microfoncier

Le régime microfoncier est un régime simplifié qui permet de minorer les revenus fonciers taxables, quel que soit le niveau de charges à déduire. Accessible lorsque les revenus fonciers sont inférieurs ou égaux à 15 000 € annuels, ce régime offre au contribuable un abattement de 30 %, sans justificatifs particuliers à produire.

Le régime réel et le déficit foncier

En application des règles de droit commun, un propriétaire bailleur déclarant ses revenus fonciers au régime réel d’imposition peut déduire certaines dépenses de travaux réalisées sur des logements destinés à la location. Lorsque le montant des charges est supérieur aux recettes, le propriétaire génère un déficit foncier.
Les travaux de rénovation ayant donné droit au crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) ne sont, eux, pas déductibles.

Investissement locatif : la liste des travaux déductibles

Les travaux de réparation et d’entretien
Les dépenses de réparation et d'entretien déductibles sont définies par l’administration fiscale comme celles qui correspondent à des travaux de maintien ou de remise en état, afin de permettre un « usage normal » de l’immeuble. L’administration communique une liste d’exemples de travaux de réparation et d’entretien admis en déduction :

  • traitement des bois contre les insectes xylophages,
  • recherche et analyse de la nocivité de l’amiante,
  • remise en état de l’installation de chauffage central,
  • remise en état de la toiture,
  • ravalement et crépissage des murs,
  • mise en conformité d’un ascenseur vétuste.

Les travaux d’amélioration
Les dépenses d'amélioration visent, selon l’administration fiscale, à apporter à un immeuble un « élément de confort nouveau ou mieux adapté aux conditions modernes de vie ». On peut citer, parmi la liste d’exemples de travaux déductibles mentionnés par l’administration, les dépenses suivantes :

  • installation ou remplacement d’un chauffage central,
  • installation ou remplacement d’une cuisine ou d’une salle d’eau,
  • installation ou remplacement d’une antenne collective de télévision,
  • agrandissement des fenêtres et pose de persiennes.

Les travaux non-déductibles pour votre location

Les dépenses de construction, de reconstruction et d’agrandissement ne sont pas déductibles des loyers. La non-déductibilité est la règle pour tous travaux « susceptibles d'entraîner directement une augmentation de la valeur de l'immeuble ».
Cette règle concerne la création de nouveaux locaux apportant une modification de la structure de l’immeuble ou qui entraînent un accroissement de volume ou de surface habitable.

Comment déduire les travaux de ses revenus fonciers ?

Pour déduire les travaux de ses revenus fonciers, les dépenses doivent être payées au cours de l’année d’imposition, reportées dans la déclaration de revenus et être justifiables sur demande du contrôleur des impôts. Les notices d’aide à la déclaration doivent être consultées préalablement.

Comment savoir si des travaux sont déductibles ou non des loyers ?

Pour savoir si les travaux sont déductibles ou non des loyers, on peut se renseigner directement auprès des services fiscaux, notamment via la messagerie sécurisée sur Impots.gouv.fr. Les notices d’aide à la déclaration doivent être consultées préalablement.

Côté MAIF
Quel investissement ? Quelle défiscalisation choisir ? Vous souhaitez être conseillé et accompagné par un expert ? Prenez rendez-vous avec notre service de conseil en gestion de patrimoine et bénéficiez d’un diagnostic patrimonial gratuit, de conseils personnalisés…