Maintenir le niveau de vie de votre famille après un décès

03/2021 - Mis à jour le 31/03/2021 par Karl D.

Un décès peut bouleverser l’équilibre financier d’un foyer. Pour préserver le niveau de vie de votre famille, il faut connaitre quelques règles et parfois prendre les devants. Voici nos conseils.

Face au décès d’un parent, des questions relatives au budget de la famille peuvent rapidement se poser. Pour aborder le sujet le plus sereinement possible et être sûr de faire les bons choix, il faut acquérir quelques connaissances et hiérarchiser les priorités.

Maintenir niveau de vie famille après décès - père et fille

Maintenir son conjoint dans le logement

Certaines actions sont plus urgentes que d’autres. Sécuriser le maintien de votre conjoint dans le logement commun après votre décès en fait assurément partie. La situation diffère selon que vous soyez mariés, partenaires de pacs ou concubins(1). Voici ce que prévoit la loi.

  • Vous êtes mariés

Propriétaire ou locataire, la loi protège l’époux survivant qui peut rester dans le logement à vie s’il le souhaite et s’il en a les moyens financiers. S’il est locataire, il peut rester dans le logement pendant un an et se faire rembourser les loyers par la succession.

  • Vous êtes pacsés

En cas de copropriété, le partenaire survivant peut rester dans le logement commun pendant un an, sans en être exclu par les héritiers qui voudraient vendre le bien. En tant que locataire, il bénéficie d’un droit exclusif sur le bail.

  • Vous êtes en union libre

Le concubin survivant est dans une situation plus fragile et soumis aux choix des héritiers du défunt. Si ce dernier était le propriétaire ou copropriétaire, le survivant risque de ne pas pouvoir rester dans le logement. Les héritiers pourront l’obliger à quitter les lieux. S’il est en location, le concubin est prioritaire sur la reprise du bail et peut donc rester sur place.

Sécuriser le remboursement de votre prêt immobilier

Si vous et votre conjoint êtes propriétaires d’un bien, vous avez peut-être contracté un prêt immobilier ensemble pour l’acheter. Le décès de l’un de vous deux, les co-emprunteurs, pourrait créer un déséquilibre financier important pour le survivant et remettre en cause l’occupation du lieu… sauf si vous étiez bien assurés.

Si le prêt immobilier est en cours de remboursement, l’assurance décès-invalidité qui lui est attachée entre en action (sauf exclusions). Le capital restant dû est remboursé en totalité si vous, les deux assurés, étiez chacun couverts à 100 %.

Si vous estimez que votre couverture assurantielle est insuffisante, vous pouvez la faire évoluer en cours de remboursement. Il s’agit d’une mesure déterminante pour la sérénité du conjoint survivant notamment lorsque le décès entraine une baisse de revenu et des charges supplémentaires.

Solder vos crédits à la consommation

Vous avez contracté un crédit à la consommation pour effectuer un achat coûteux : une voiture, un salon, des travaux d’agrandissement… Si la somme empruntée est moindre que pour une maison, le prêt vous engage tout autant. Pour éviter de mettre à mal l'équilibre financier du foyer en cas de décès, mieux vaut souscrire une assurance emprunteur.

  • Parce qu’elle est plus simple à mettre en œuvre, l’assurance-groupe de l’établissement de crédit est la solution la plus souvent choisie. Mais il est possible d’opter pour son propre organisme dont les garanties sont souvent plus intéressantes. N’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre assureur.
  • Dans le cas d’un achat à deux, mieux vaut opter pour une couverture totale, à 100 % chacun. En cas de décès d’un co-emprunteur, le remboursement de l’achat est pris en charge dans sa totalité par l’assureur.

Si ces mesures préservent le niveau de vie de votre famille pour les semaines et les mois qui suivent le décès, vous pouvez voir à plus long terme et vous organiser pour assurer l’avenir et les projets de votre conjoint et de vos enfants.

Préserver l’avenir de vos proches

Le produit le plus directement adapté pour préserver l’avenir de vos proches, est l’assurance-décès. Vous choisissez un capital en échange d’une cotisation mensuelle. Au moment de votre décès, il sera versé à votre conjoint ou vos enfants. Ce capital permettra le maintien du niveau de vie de vos proches, il financera les besoins immédiats de vos enfants et assurera en partie leur avenir.

Choisir des produits d’épargne

Les couples mettent de l’argent de côté pour se construire des projets, pour regarder au loin, dans la même direction. Au décès de l’un des conjoints, les économies et placements servent l’avenir des survivants.

  • Diversifier vos placements

Il est souvent conseillé à chaque membre du couple d’avoir ses propres placements. Plusieurs raisons à cela : la gestion est simplifiée et ne nécessite pas la signature de l’autre pour effectuer le moindre mouvement. Cela permet aussi de doubler les « plafonds » des livrets d’épargne. Et cela contribue enfin à la diversification des placements, pour plus de sécurité et de rentabilité. Cela n’empêche pas d’inscrire comme bénéficiaire votre conjoint sur une assurance-vie par exemple. Ainsi, il n’aura aucun droit de succession à régler au moment de la transmission, à votre décès, du capital disponible sur votre assurance vie.

En cas de décès d’un des conjoints, seuls ses comptes d’épargne sont bloqués. Le conjoint survivant dispose de ses économies pour faire face aux conséquences financières.

En anticipant, vous simplifiez la situation financière de vos proches

Le niveau de vie d’un foyer peut-être fortement marqué par le décès d’un conjoint. En vous informant et en agissant auprès de divers acteurs - la banque, l’assureur, le notaire - vous pouvez anticiper, apaiser votre quotidien et envisager l’avenir plus sereinement.

(1) Quels sont les droits sur le logement du conjoint du défunt ? | service-public.fr (service-public.fr)

(2) https://www.csa.eu/fr/survey/etudes-superieures-budget-financement-et-bons-plans

Côté MAIF

L’assurance décès Rassurcap Solutions prévoit le versement d’un capital, défini à l’avance, aux bénéficiaires désignés permettant de garantir durablement le niveau de vie de votre famille en cas de décès. De plus, si vous avez souscrit le contrat d’assurance vie ARS, l’épargne constituée sera versée aux bénéficiaire(s) de votre choix. Ces deux contrats offrent à vos proches une véritable protection sur le long terme. Financer l’éducation et les études des enfants, régler les frais de succession si vous vivez en union libre, payer les charges d’entretien du logement et les charges courantes… Cette aide durable leur permettra de rebondir, se projeter.

Le contrat collectif Assurance vie Responsable et Solidaire a été souscrit par MAIF auprès de MAIF VIE, filiale assurance vie de MAIF. Ce contrat, conçu et géré par MAIF VIE, est proposé par MAIF et MAIF SOLUTIONS FINANCIÈRES.
Le contrat Rassurcap Solutions est conçu et géré par MAIF VIE, filiale assurance vie de MAIF, et proposé par MAIF.
MAIF - Société d’assurance mutuelle à cotisations variables - CS 90000 - 79038 Niort cedex 9.
MAIF VIE - Société anonyme au capital de 122 000 000 € - RCS Niort 330 432 782 - CS 90000 - 79029 Niort cedex 9.
Entreprises régies par le Code des assurances.
MAIF SOLUTIONS FINANCIÈRES - Société par actions simplifiée au capital de 6 659 016 € - RCS Niort 350 218 467 - 79038 Niort cedex 9. Intermédiaire en opérations d'assurance, intermédiaire en opérations de banque et en services de paiement, conseiller en investissements financiers enregistré auprès de la CNCIF et inscrit au registre unique sous le n° 07031206 (www.orias.fr), titulaire de la carte T n° CPI 7901 2016 000 005 310 délivrée par la CCI des Deux-Sèvres et exerçant sous le contrôle de l’ACPR - 4 Place de Budapest - CS 92459 - 75436 Paris cedex 09.