Maintenir le niveau de vie de votre famille après un décès

Karl D.


MAJ mars 2021

Un décès peut bouleverser l’équilibre financier d’un foyer. Pour préserver le niveau de vie de votre famille, il faut connaître quelques règles et parfois prendre les devants. Voici nos conseils.

1
Maintenir son conjoint dans le logement

Certaines actions sont plus urgentes que d’autres. Sécuriser le maintien de votre conjoint dans le logement commun après votre décès en fait assurément partie. La situation diffère selon que vous soyez mariés, partenaires de pacs ou concubins. Voici ce que prévoit la loi.

  • Vous êtes mariés

Locataire ou occupant d’un logement appartenant pour partie indivise au défunt, les loyers ou l'indemnité d'occupation vous sont remboursés par la succession pendant une année, au fur et à mesure de leur acquittement.

  • Vous êtes pacsés

En cas de copropriété, le partenaire survivant peut rester dans le logement commun pendant un an, sans en être exclu par les héritiers qui voudraient vendre le bien. En tant que locataire, il bénéficie d’un droit exclusif sur le bail.

  • Vous êtes en union libre

Le concubin survivant est dans une situation plus fragile et soumis aux choix des héritiers du défunt. Si ce dernier était le propriétaire ou copropriétaire, le survivant risque de ne pas pouvoir rester dans le logement. Les héritiers pourront l’obliger à quitter les lieux. S’il est en location, le concubin est prioritaire sur la reprise du bail et peut donc rester sur place.

2
Sécuriser le remboursement de votre prêt immobilier

Si vous et votre conjoint êtes propriétaires d’un bien, vous avez peut-être contracté un prêt immobilier ensemble pour l’acheter. Le décès de l’un de vous deux, les co-emprunteurs, pourrait créer un déséquilibre financier important pour le survivant et remettre en cause l’occupation du lieu… sauf si vous étiez bien assurés.

Si le prêt immobilier est en cours de remboursement, l’assurance emprunteur qui lui est attachée entre en action (sauf exclusions). Le capital restant dû est remboursé en totalité si vous, les deux assurés, étiez chacun couverts à 100 %.

Si vous estimez que la couverture de votre assurance emprunteur est insuffisante, vous pouvez la faire évoluer en cours de remboursement. Il s’agit d’une mesure déterminante pour la sérénité du conjoint survivant notamment lorsque le décès entraîne une baisse de revenu et des charges supplémentaires.

3
Solder vos crédits à la consommation

Vous avez contracté un crédit à la consommation pour effectuer un achat coûteux : une voiture, un salon, des travaux d’agrandissement… Si la somme empruntée est moindre que pour une maison, le prêt vous engage tout autant. Pour éviter de mettre à mal l'équilibre financier du foyer en cas de décès, mieux vaut souscrire une assurance emprunteur.

  • Parce qu’elle est plus simple à mettre en œuvre, l’assurance-groupe de l’établissement de crédit est la solution la plus souvent choisie. Mais il est possible d’opter pour son propre organisme dont les garanties sont souvent plus intéressantes. N’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre assureur.
  • Dans le cas d’un achat à deux, mieux vaut opter pour une couverture totale, à 100 % chacun. En cas de décès d’un co-emprunteur, le remboursement de l’achat est pris en charge dans sa totalité par l’assureur.

Si ces dernières mesures préservent le niveau de vie de votre famille pour les semaines et les mois qui suivent le décès, vous pouvez voir à plus long terme et vous organiser pour assurer l’avenir et les projets de votre conjoint et de vos enfants.

4
Préserver l’avenir de vos proches

Le produit le plus adapté pour préserver l’avenir de vos proches est l’assurance décès. Vous choisissez le montant d’un capital en échange d’une cotisation mensuelle. Au moment de votre décès, le capital sera versé aux bénéficiaires que vous avez désignés (conjoint, enfants…). Ce capital permettra le maintien du niveau de vie de vos proches, financera leurs besoins immédiats et assurera financièrement l’avenir de vos enfants.
 

 

5
Choisir des produits d’épargne

Les couples mettent de l’argent de côté pour se construire des projets, pour regarder au loin, dans la même direction. Au décès de l’un des conjoints, les économies et placements servent l’avenir des survivants.

Il est souvent conseillé que chaque conjoint détienne ses propres placements diversifiés. Plusieurs raisons à cela.

  • La gestion des placements individuels est simplifiée et ne nécessite pas la signature de l’autre pour effectuer le moindre mouvement.
  • Les « plafonds » d’épargne sont doublés puisque chaque conjoint peut en bénéficier.
  • La diversification des placements entre les conjoints assure  plus de sécurité et de rentabilité.
  • La souscription d’un contrat d’assurance vie permet de désigner le conjoint comme bénéficiaire. En cas de décès de l’assuré, le capital épargné est reversé à son conjoint sans frais de succession. Chacun des conjoints peut souscrire un contrat et assurer le versement d’un capital à celui qui reste seul.

En cas de décès d’un conjoint, le choix de placements individuels et diversifiés permet au conjoint survivant  de disposer de ses propres placements diversifiés . Le capital de l’assurance vie, dont il est bénéficiaire, lui est versé. Il peut ainsi faire face aux dépenses même si les comptes d’épargne du défunt sont bloqués par la banque dans le cadre de la succession. 

6
Anticiper pour simplifier la situation financière de vos proches

Le niveau de vie d’un foyer peut-être fortement marqué par le décès d’un conjoint. En vous informant et en agissant auprès de divers acteurs - la banque, l’assureur, le notaire - vous pouvez anticiper, apaiser votre quotidien et envisager l’avenir plus sereinement.

Côté MAIF

L’assurance décès Rassurcap Solutions accompagne vos proches et les aide à faire face aux conséquences financières de votre décès à la suite d’une maladie ou d’un accident. Notre contrat prévoit le versement d’une rente ou d'un capital, déterminé à l'avance, au(x) bénéficiaire(s) que vous avez désigné(s).
Le contrat Assurance vie Responsable et Solidaire vous permet de mettre de l’argent de côté. En cas de décès, l’épargne que vous avez constituée est versée au(x) bénéficaire(s) de votre choix.

Ces deux contrats offrent à vos proches une protection financière pour, par exemple, financer l’éducation des enfants, régler les frais de succession, payer les charges courantes du foyer…

Le contrat collectif Assurance vie Responsable et Solidaire a été souscrit par MAIF auprès de MAIF VIE, filiale assurance vie de MAIF. Ce contrat, conçu et géré par MAIF VIE, est proposé par MAIF et MAIF SOLUTIONS FINANCIÈRES.
Le contrat Rassurcap Solutions est conçu et géré par MAIF VIE, filiale assurance vie de MAIF, et proposé par MAIF. Les Prestations de services du contrat sont mises en œuvre par IMA SERVICES.
MAIF - Société d’assurance mutuelle à cotisations variables - CS 90000 - 79038 Niort cedex 9.
MAIF VIE- Société anonyme au capital de 122 000 000 € - RCS Niort 330 432 782 - CS 90000 - 79029 Niort cedex 9.
Entreprises régies par le Code des assurances.
MAIF SOLUTIONS FINANCIÈRES - Société par actions simplifiée au capital de 6 659 016 € - RCS Niort 350 218 467 - 79038 Niort cedex 9. Intermédiaire en opérations d'assurance, intermédiaire en opérations de banque et en services de paiement, conseiller en investissements financiers enregistré auprès de la CNCEF et inscrit au registre unique sous le n° 07031206 (www.orias.fr), titulaire de la carte T n° CPI 7901 2016 000 005 310 délivrée par la CCI des Deux-Sèvres et exerçant sous le contrôle de l’ACPR - 4 Place de Budapest - CS 92459 - 75436 Paris cedex 09.
IMA SERVICES- Société par actions simplifiée unipersonnelle au capital de 3 553 329 euros - RCS NIORT 430 336 552 -118 avenue de Paris - CS 40000 -79033 Niort Cedex 9

Sur le même thème

Décès du conjoint : que devient le bien immobilier ?

Vous occupez une maison ou un appartement avec votre conjoint et vos enfants. Qu’adviendrait-il de votre bien immobilier si vous ou votre conjoint décédait ? Pourriez-vous le conserver ? Seriez-vous dans l’obligation de déménager ? Mariés, Pacsés, en union libre, les situations diffèrent fortement en fonction de votre statut matrimonial. Explications.
Vous formez une famille et vous souhaitez légitimement acquérir un bien immobilier. Vous êtes déjà propriétaire et vous souhaitez consolider votre situation en cas de décès… Voici un guide qui vous aidera à faire les choix qui vous correspondent et mesurer l’incidence du statut matrimonial sur la succession.

Décès : des aides financières souvent trop faibles

Lorsqu’une famille est touchée par le décès de l’un des parents, il faut savoir qu’en France des prestations de l’État existent pour surmonter les premières difficultés financières. Mais sont-elles suffisantes pour subvenir aux besoins d’une famille ? Après le décès d’un parent, famille et proches sont légitimement affligés et peu enclins à affronter les obligations administratives et financières. Pourtant, il revient au premier cercle d’intimes de prendre des décisions, mettre le protocole en place, faire face aux premières dépenses, solliciter les aides…

Décès d’un proche : quelles répercussions financières ?

Quand le décès du conjoint survient dans un foyer, il peut être difficile de faire face aux conséquences financières qui accompagnent cet évènement. Quelles sont les premières dépenses ? Quelles sont les conséquences à moyen et à long termes ? Comment assumer la perte d’un revenu ?

Donation, succession : les règles essentielles

Comment transmettre à ceux que l’on chérit ? Si ce passage de témoin est en partie cadré par la loi, chacun peut l’organiser en anticipant. Protéger votre conjoint, assurer l’avenir de vos enfants … Ce qu’il faut savoir pour maitriser la situation et garder l’esprit tranquille.

Organiser vos obsèques

Vous avez des souhaits arrêtés quant à l’organisation de vos propres obsèques. Vous souhaitez soulager vos proches d’une charge aussi coûteuse émotionnellement que financièrement. Voici quelques conseils pour préparer vos funérailles… et ne plus y penser.
A quoi devez-vous penser lorsque vous préparez vos obsèques ? Dans quel ordre ? Est-il possible de tout maîtriser ? Comment consigner vos souhaits ? Suivez la checklist pour être sûr de ne rien omettre et préserver ainsi votre tranquillité d’esprit et celle de vos proches.