1. maif.fr
  2. Santé Prévoyance
  3. Conseils sur l'assurance décès
  4. Questionnaire médical
  5. Diabétique : comment souscrire une assurance décès ?

Diabétique : comment souscrire une assurance décès ?

02/2019 - Mis à jour le 12/02/2019 par Matthieu.D

Le coût d’une assurance décès dépend du degré de risque que prend l’assureur pour vous couvrir. Être diabétique vous place dans la catégorie des profils à risque. Quelles conséquences le diabète peut-il avoir sur le coût d’une assurance décès ? Que faut-il savoir avant de souscrire une assurance décès invalidité quand on est diabétique ?

Diabétique : comment souscrire une assurance décès ?

Diabète et assurance décès : quelle couverture ?

L’assurance décès permet de protéger ses proches en cas de disparition prématurée ou d’invalidité. Elle est souscrite le plus souvent dans le cadre d’un emprunt : en cas d’accident, l’assurance prend alors le relais du remboursement du prêt.
Cependant, il est tout à fait possible et conseillé de prendre une assurance décès hors emprunt, afin d’assurer une sécurité financière à votre famille si vous ne pouvez plus travailler, ou si vous veniez à disparaître.

Il n’existe pas de contrat d’assurance décès pensé spécifiquement pour les diabétiques. Les compagnies d’assurance vous proposeront donc les garanties classiques du contrat, à savoir :

  • Garantie décès : celle-ci est obligatoire à tout contrat d’assurance décès et, comme son nom l’indique, vous couvre en cas de décès.
  •  Garantie invalidité : selon les contrats, divers degrés d’invalidité peuvent être couverts (invalidité permanente totale, invalidité permanente partielle, incapacité temporaire de travail, etc.). En général, la perte totale et irréversible d’autonomie est complémentaire de la garantie décès.

Les conséquences du diabète sur l'assurance décès

Pour calculer le montant de leurs cotisations, les compagnies d’assurance s’appuient sur divers éléments tels que :
  • le montant choisi pour le capital décès ;
  • le type de garanties du contrat ;
  • l’âge de l’assuré ;
  • etc.
L’état de santé fait aussi partie des critères. Plus le profil d’assuré est considéré comme risqué, plus les cotisations seront élevées. Le diabète étant estimé comme un risque aggravé, il est courant de se voir appliquer une surprime si vous êtes concerné. Le montant de cette surprime dépend des assureurs, chacun possède sa propre méthode de calcul.
Pour connaître votre état de santé, les assureurs vous feront remplir un questionnaire médical global. Vous devez y répondre en étant le plus exhaustif possible, et en toute transparence. Dans le cas contraire, cela peut porter à conséquences. En effet, si votre diabète est à l’origine d’une complication de santé ou d’une autre maladie et que vous ne l’avez pas déclaré dans votre questionnaire de santé, la compagnie d’assurance risque de ne pas verser le capital décès ou votre rente à vos bénéficiaires.

Diabétique : quelle assurance décès souscrire ?

Les personnes touchées par une maladie chronique comme le diabète, risquent de payer le prix fort à la souscription d’une assurance décès ou se voir refuser l’accès au contrat. Heureusement, ce n’est pas une fatalité. Si vous souscrivez une assurance décès :
  • dans le cadre d’un emprunt : vous n’êtes pas tenu de choisir le contrat groupe proposé par l’établissement prêteur. En effet, il est économiquement plus intéressant d’opter pour une assurance externe. C’est ce que l’on appelle la délégation d’assurance. De cette façon, vous aurez plus de choix pour trouver un contrat personnalisé, avec un montant de cotisation moins élevé. Vous pouvez toujours faire jouer la convention AERAS, qui aide les personnes souffrant d’une maladie chronique et plus généralement, qui présentent un risque de santé aggravé, à trouver une assurance.
  • dans l’objectif de protéger financièrement vos proches : vous devrez alors remplir un questionnaire médical afin de permettre à votre assureur d’adapter la cotisation de votre contrat à votre situation.
Côté MAIF
  • Les formalités d’adhésion sont simplifiées jusqu'à 45 ans et pour un montant maximum de capital de 50 000 euros.
  • Vous bénéficiez d'un des tarifs les plus bas du marché.
  • Les bénéficiaires d'un contrat d'assurance décès MAIF bénéficient d'une assistance téléphonique et d'un soutien dans les démarches administratives.