couple devant ordinateur

Séparation : les conséquences selon le statut matrimonial

couple devant ordinateur

Karl D.


MAJ avril 2021

La vie de couple est aussi une histoire de statut matrimonial. Que vous soyez mariés, pacsés ou en union libre vos droits et vos devoirs ne sont pas les mêmes au regard de la loi. En cas de rupture les conséquences financières et organisationnelles diffèrent. Même si la représentation de la famille n’est plus aussi rigide, le modèle du couple reste dominant en France. Selon l’INSEE, 60 % des adultes français sont en couple. Les séparations font parties du décor social comme tout autre aléa de la vie. Outre la dimension affective, la désunion revêt aussi des aspects organisationnels et financier. Le statut matrimonial joue un rôle essentiel.

1
Statut matrimonial et séparation

La statut matrimonial légal désigne votre situation conjugale au regard de la loi. Etes-vous marié, pacsé, vivez-vous en concubinage ? Ce statut à des incidences sur vos droits, notamment en cas de séparation.

Le mariage

Il concerne près de 75 % des couples français. Il offre diverses possibilités :

  • Sans contrat, sous le régime de la communauté réduite aux acquêts, les ex-époux conservent les biens qu’ils avaient acquis avant l’union. En cas de séparation, seuls sont partagés les achats conclus après le mariage, que ce soit par l’un ou par l’autre des époux. Cette disposition est protectrice dans le cas où l’un des époux ne travaillait pas. Il pourra bénéficier du partage des biens.
  • Dans le cas du régime de la communauté universelle, tous les biens du couple sont mis en commun, même ceux acquis avant le mariage. En cas de divorce, l’ensemble du patrimoine est partagé. C’est encore plus protecteur.
  • Le régime de la séparation de biens permet à chaque époux de rester complètement indépendant financièrement. En cas de séparation chacun garde ses propres biens, il n’y a pas de partage.

Le mariage prévoit également le versement d’une prestation compensatoire. Elle consiste à atténuer les déséquilibres financiers entre les deux personnes après le divorce. Son montant est souvent fixé par le juge des affaires familiales, il fait entrer plusieurs critères dans le calcul dont la durée du mariage.

Les couples pacsés

Ils représentent environ 7 % des unions et ont le choix entre le régime de la séparation de biens (par défaut) ou opter pour l’indivision. Cela a des conséquences en cas de rupture.

  • Dans le cas de la séparation de biens, chaque partenaire reste propriétaire de ses propres acquisitions. S’ils acquièrent un bien en commun, ils restent propriétaire à hauteur de leur financement.
  • Sous le régime de l’indivision, tous les biens acquis après la signature du contrat de pacs sont considérés comme étant la possession des deux à part égale. En cas de séparation, il y a donc un partage entre les deux parties.

Le concubinage ou union libre

Ce statut matrimonial (presque 20 % des couples français) n’offre pas de protection et n’implique pas de frais particulier à la séparation.

  • Il n’y a pas de règles en cas de rupture. Matériel, familial ou patrimonial, les concubins s’organisent eux-mêmes, sans l’intervention d’un juge.
  • En cas de désaccord, un juge des affaires familiales peut intervenir, notamment pour organiser les gardes des enfants ou exiger un dédommagement.

2
Réorganiser sa vie et celles des enfants

Le premier coût d’une séparation est émotionnel. Qu’elle soit triste ou qu’elle se présente plutôt comme un soulagement, la désunion implique une réorganisation du quotidien. La situation est rarement anodine. Séparer ses affaires de celles de l’autre, faire face aux démarches administratives… Souvent, la plus grande préoccupation concerne les enfants. Lorsqu’ils sont jeunes, il faut faire preuve de psychologie pour bien expliquer la nouvelle situation. L’organisation du mode de garde alterné peut être compliquée, voir conflictuelle. L’intervention d’un juge permet de graver des obligations dans le marbre et stabiliser la situation.
Afin d’équilibrer les charges d’éducation entre les parents séparés, la loi prévoit le versement d’une pension alimentaire de l’un vers l’autre. Son montant est fixé par le juge des affaires familiales.

3
Le coût financier de la séparation

La dimension financière d’une séparation est à prendre en compte. Toutes les charges que vous partagiez sont désormais imputées à chacun : alimentation, voiture, habitation, assurance… Il faut souvent trouver un nouveau logement, peut-être passer le permis, acheter une voiture
La démarche de séparation peut être coûteuse en elle-même, notamment si vous étiez mariés ou pacsés. Le divorce, même par consentement mutuel, implique l’intervention d’un avocat voire d’un notaire ou même du juge des affaires familiales. Il y a des frais ; même chose si vous étiez pacsés.

4
Les emprunts que l’on avait faits ensemble

La séparation a bien sûr un impact sur les engagements financiers que vous aviez consentis en couple. Prêt immobilier, crédit à la consommation, il faut que les deux parties se mettent d’accord pour régler les échéances en cours chacune de leur côté. Ou alors il est parfois possible d’effectuer un remboursement anticipé. Cette dernière démarche implique souvent des frais.
Dans la plupart des cas, l’intervention d’un avocat et celle d’un notaire (pour un bien immobilier) sera nécessaire pour effectuer la séparation et la répartition des avoirs. Si aucun des ex-conjoints ne veut conserver le bien, ce dernier est mis en vente et chacun se partage le remboursement des mensualités avec le produit de la vente. Si l’un des ex-conjoints veut conserver le bien, il est d’usage qu’il rembourse la part du crédit de l’autre.

Côté MAIF

Quelle que soit la situation matrimoniale, des difficultés financières peuvent survenir suite à une séparation. MAIF propose le Livret Épargne autrement pour se constituer une épargne de précaution : des versements libres sont possibles à partir de 10 € et sans plafond.

Ménage - Famille - Tableaux de l'économie française | Insee (2020)
Les contrats de mariage, les régimes matrimoniaux (paris.notaires.fr - Mai 2014)
Mariages - Pacs - Divorces - Tableaux de l'économie française | Insee (2018)
Se séparer quand on est pacsé - La rupture de PACS - domaine-legal.com

SOCRAM Banque - Société anonyme au capital social de 70 000 000 € - RCS Niort 682014865 - 2 rue du 24 Février - CS 90000 - 79092 Niort cedex 9. Mandataire en assurance - N°Orias : 08044968 (www.orias.fr) - N° Identifiant TVA intracommunautaire : FR36 682 014 865. Fonds Solidaire MAIF - Fonds de dotation régi par la loi du 4 août 2008 - 200 avenue Salvador Allende - 79000 Niort.

Sur le même thème

famille au ski

Neige, verglas… prévenir les chutes et leurs conséquences

En hiver, le verglas, la pluie, la neige sont à l’origine de nombreuses chutes. Vous vous demandez comment les éviter et si vous êtes assuré en cas d’accident de la vie courante ? Nous vous donnons quelques pistes pour prévenir les blessures et quelques conseils pour choisir une assurance adaptée à vos besoins de protection.

homme et son ordinateur avec ses enfants à côté

Une protection juridique pour vous conseiller et vous soutenir

Les contacts avec la justice comptent au nombre des aléas de la vie. Pour solliciter les instances afin de faire valoir vos droits ou vous défendre lorsque vous êtes mis en cause, mieux vaut être épaulé par des professionnels. La vie est pleine de surprises, parfois mauvaises. Il peut arriver que nous soyons exposés à des aléas qui nécessitent des démarches d’ordre juridique voire judiciaire. Et nous découvrons alors que la volonté légitime de faire valoir nos droits ou tout simplement nous défendre peut s’avérer très complexe.

femme avec ses enfants

Comment sécuriser l’avenir de vos enfants ?

Quoi de plus naturel que de chercher à sécuriser l’avenir de vos enfants ? Pour accompagner vos protégés dans la sérénité, anticiper leurs futurs projets et surmonter d’éventuels aléas de la vie, des solutions simples et souples sont accessibles. Lorsque vos enfants prendront leur envol peut-être auront-ils besoin d’un coup de pouce d’ordre financier. Les besoins peuvent être importants : le budget moyen d’une année d’études supérieures dépasse les 7 000 €1.Il faut intégrer les frais de scolarité, le logement, l’alimentation, les transports, l’argent de poche… Même si des aides existent (des bourses par exemple), il vous sera sans doute nécessaire de prévoir et ainsi de ménager l’éventail de choix le plus large possible à vos enfants. Et puis préparer l’avenir, c’est aussi être prêt à surmonter les éventuels aléas de la vie qui pourraient survenir sur votre chemin ou sur celui de vos protégés.

couverture santé

Êtes-vous bien couvert en cas d’accident de la vie courante ?

En France, les frais médicaux seraient bien pris en charge. Est-ce vraiment le cas si vous subissez un accident de la vie courante ? Cette protection s’estompe vite si la situation s’installe dans le temps. Notre pays est souvent cité en exemple pour la qualité de la prise en charge des soins de santé. Son modèle, hérité de l’après-guerre, repose sur la contribution de tous les acteurs de la société. Les salariés, les demandeurs d’emploi, les entreprises, l’Etat, participent au financement de la Sécurité sociale en fonction de leurs revenus. Grâce à ce système fondé sur la solidarité, nous sommes en principe égaux pour faire face à aux accidents.

Sécuriser le prêt immobilier

Comment sécuriser votre prêt immobilier ?

Pour acheter votre logement vous avez peut-être contracté un prêt immobilier qui vous engage sur plusieurs années. Que se passerait-il si un aléa vous obligeait à interrompre ou stopper le remboursement ? Avez-vous prévu une protection ? Voici quelques conseils pour sécuriser votre prêt.

femme avec ordinateur

Risques numériques, comment vous en protéger ?

L’avènement d’internet a ouvert la voie à de nouvelles formes de délits comme le phishing ou l’usurpation d’identité. Nous sommes tous potentiellement exposés. Comment éviter d’en être victime ? L’Internet offre une formidable ouverture sur le monde. Si ce progrès technologique a révolutionné, simplifié, amélioré nos vies à bien des égards, il s’est aussi accompagné d’un cortège de dangers qu’il faut apprendre à déjouer. Cela commence par en prendre conscience et vous montrer prudent lorsque vous saisissez vos données personnelles, vos identifiants de connexions, vos informations bancaires… ils sont les principales cibles des fraudeurs.