Qu’est-ce qu’une assurance décès à fonds perdus ?

11/2018 - Mis à jour le 05/12/2018 par Matthieu.D

L’assurance décès permet, en échange de cotisation, de couvrir ses proches en cas de coup dur. Mais en cas de résiliation ou en cas de vie de l’assuré à la fin du contrat, aucun capital décès n’est versé. On parle alors de « fonds perdus », ce qui n’enlève rien aux avantages de la formule. Explications.

Assurance décès à fonds perdus

Le principe de l'assurance décès à fonds perdus

Dans le cas d’une assurance décès à fonds perdus, l’assuré verse des cotisations pour garantir à ses proches le versement d’un capital s’il venait à décéder. Cette garantie dure aussi longtemps que l’assuré cotise au contrat. S’il arrête de payer les primes d’assurance ou s’il choisit de résilier son contrat, l’assurance décès ne tient plus.

Le fonds perdus est le principe même d'une assurance. Si le risque se réalise (ici le décès), l'assurance intervient (versement du capital au bénéficiaire). C’est identique pour une assurance auto ou habitation : s’il n’y a pas de sinistre, les primes versées ne sont pas remboursées.

Pourquoi choisir, ou non, une assurance décès ?

Malgré le risque de perdre le montant des cotisations versées, l’assurance décès reste un outil de prévoyance efficace dans beaucoup de cas. Dans un foyer, un décès peut avoir de lourdes conséquences, notamment si la personne disparue est la seule à travailler ou si elle dispose de revenus plus importants que son conjoint. La situation peut être plus grave encore lorsqu’arrive une chute significative de revenus et que le foyer compte un ou plusieurs enfants en bas âge. 

En matière de prévoyance, l’intérêt de souscrire une assurance décès est démontré. Elle permet d’éviter de graves répercussions financières dans la vie quotidienne du foyer.

A noter : même lorsqu’ils sont pris en charge par la couverture prévoyance de leur entreprise, les salariés peuvent avoir besoin d’une assurance décès. Tout dépend des risques réellement couverts par le contrat de leur employeur et de la qualité de la prise en charge en cas de décès.

Quel est le lien entre l'âge de l'assuré et les tarifs de l'assurance décès ?

En adhérant à un contrat d’assurance décès à fonds perdus, le souscripteur fixe librement le montant du capital garanti qui sera versé à ses proches en cas de besoin. Plus ce capital est élevé, plus les cotisations à payer sont élevées. Mais les tarifs de l’assurance décès varient aussi en fonction de l’âge de l’assuré. Plus il souscrit jeune, et plus les cotisations seront abordables.
Sur la base d’un capital décès garanti de 100 000 euros, la cotisation annuelle est de 600€ pour un assuré de 49 ans. A âge égal et à capital garanti égal, la différence de cotisation peut également s’expliquer par les différences dans les risques couverts (accidents, types de décès, etc.). 

L'exonération fiscale du capital décès

L’assurance décès à fonds perdus offre également un avantage fiscal puisque le capital versé aux proches bénéficie, sous conditions, d’une exonération d’impôts sur les revenus et des droits de succession.  

 

Les + MAIF
  • Le + produit : un capital versé en cas de décès pour sécuriser vos projets et mettre à l’abri financièrement votre famille
  • Le + accompagnement : grâce au bilan personnalisé, un conseiller MAIF vous aide à déterminer le montant du capital à souscrire
  • Le + budget : un des tarifs les plus bas du marché