Assurance vie : un placement disponible ou pas ?

08/2019 - Mis à jour le 29/08/2019 par Nicolas.F

Nombreux sont les épargnants qui se posent la question d’utiliser leur assurance vie pour financer le logement d’un enfant, aider un proche… mais concrètement est-ce possible ? L’assurance vie peut-elle être mise à contribution et avec quelles conséquences ?

Cette idée a la peau tenace : l’assurance vie est bloquée huit ans ! Une vieille rengaine liée en partie l’histoire fiscale de cette formule, longtemps exonérée d’impôt huit ans après l’ouverture du contrat. Mais aujourd’hui, où le législateur a profondément modifié la donne, l’idée demeure. Notamment sur les documents d’information clef remis aux épargnants avant la souscription.
Période de détention minimum recommandée : 8 ans.

Assurance vie : un placement disponible ou pas ?

Disponible en principe

A quoi donc correspond cette durée minimum recommandée, obligatoirement définie pour tous les placements ? Au moment où il est possible de récupérer son argent ? NON. Au moment où l’épargnant est sûr de retrouver son capital ? NON. Sans réponse, l’épargnant aura donc à lire la suite…

« Vous avez la possibilité de récupérer à tout moment tout ou partie de votre épargne de façon anticipée (rachat partiel ou total). Le rachat est soumis à la fiscalité en vigueur au moment du dénouement du contrat. »

Besoin de disposer d’argent pour changer la voiture, nécessité d’aider les enfants à se constituer un apport personnel pour acheter un appartement… Sauf deux cas exceptionnels (assureur en difficulté ou crise financière majeure), vous pouvez piocher dans votre assurance vie. Et ce, que votre contrat ait été ouvert depuis moins ou plus de huit ans !

 

Mieux vaut un rachat partiel

Quelques petits conseils vous permettront de réaliser l’opération dans les meilleures conditions.
D’abord, mieux vaut un rachat partiel en respectant le minimum devant rester en compte. L’intérêt ? Une fois connu, le taux véritable de l’année du rachat vous sera servi prorata temporis, à la place d’un rendement forfaitaire plus faible. Et l’antériorité fiscale du contrat sera conservée en cas de reversement ultérieur.

 

Pensez aux prélèvements sociaux et fiscaux

Seconde préconisation : anticiper un minimum. Car l’argent n’arrivera pas sur votre compte avant un certain laps de temps, après la réception de toutes les pièces nécessaires, notamment les références du compte à alimenter. Sur le marché, un délai d’une semaine à dix jours paraît être la norme.

L’anticipation ne doit pas être seulement administrative, mais également financière.  Car si vous voulez récupérer 100, le montant retiré va devoir être supérieur. Impossible, en effet, de passer à travers les mailles du fisc. Le montant retiré est en effet minoré du paiement des prélèvements sociaux et, dans certains cas, de l’impôt correspondant. Impossible de faire les calculs seul, car il existe une bonne dizaine de situations fiscales. La solution ? Demander une simulation à son conseiller pour savoir combien retirer vu le montant souhaité.

 

Côté MAIF
  • Des formules adaptées à votre profil d’épargnant
  • Un contrat adapté à vos objectifs de placement
  • Une épargne responsable et solidaire qui soutient l’emploi et l’environnement