Assurance habitation : que faire en cas de vandalisme ?

12/2018 - Mis à jour le 18/12/2018 par Aurélie S.

Après un acte de vandalisme, les dégâts peuvent être considérables. Que l’on soit locataire ou propriétaire, comment couvrir ce risque pour son habitation ? Existe-t-il des garanties spécifiques pour s’assurer en cas de vandalisme ?

Vandalisme et assurance habitation

Qu’est-ce qui est considéré comme du vandalisme par une assurance habitation ?

Au sens de l’assurance habitation, un acte de vandalisme correspond à une dégradation, une destruction ou une détérioration causée volontairement et sans motif légitime par un tiers. La prise en charge du vandalisme par l’assurance habitation peut être de plusieurs niveaux.

Dans quels cas le vandalisme est pris en charge ?

La prise en charge du vandalisme se fait de manière plus ou moins restrictive :
  • La garantie vandalisme peut être incluse dans la garantie vol et tentative de vol de l’assurance habitation : elle couvre alors le plus souvent le vandalisme commis lors d’un cambriolage. Les détériorations liées à l’effraction de la porte ou de meubles en font partie.
  • Certains contrats d’assurance habitation proposent une garantie spécifique contre le vandalisme, qui s’applique alors qu’il y ait ou non cambriolage. Dans ce cas, les dégradations sont couvertes, même en l’absence de vol. Ces garanties spécifiques peuvent couvrir des actes de vandalisme commis à l’intérieur de l’habitation mais aussi sur les parties extérieures.

Quels sont les dégâts couverts par une garantie acte de vandalisme ?

Bénéficier d’une garantie dédiée aux actes de vandalisme permet d’être couvert contre les dégradations commises en l’absence de cambriolage, y compris par des tiers non identifiés ou des tiers non assurés. Ainsi, certains contrats couvrent les dommages qui résultent de graffitis, affichages et inscriptions sur les murs extérieurs, de même que les dommages causés par les squatters
Il peut donc être utile d’avoir dans son contrat cette garantie, notamment pour un propriétaire, même si l’assuré garde à sa charge un montant de franchise.

Comment demander la réparation des dégâts causés ?

Pour une prise en charge des conséquences d’un acte de vandalisme, il faut effectuer une déclaration auprès de son assureur, dans un délai de cinq jours après les faits. Il faut éviter de réparer, remplacer  ou nettoyer les lieux avant ce premier contact ; il sera utile de prendre des photos et de les joindre lors de la déclaration. Elles complètent le dossier et permettent une première évaluation rapide des actes de vandalisme. Si du mobilier a été dégradé, il est important de joindre les preuves d’achat.

Selon les circonstances, un expert de l’assurance habitation peut être mandaté pour venir vérifier les dégâts sur place et valider le montant des dommages liés aux actes de vandalisme. L’assureur peut proposer une réparation en nature des biens immobiliers endommagés ; pour des graffitis ou des inscriptions par exemple, il peut mandater un artisan de son réseau qui se rendra sur les lieux pour procéder à un nettoyage.

Côté MAIF
  • Le + confiance : assurance de matériels échangés, prêtés ou confiés, sans déclaration préalable.
  • Le + communauté : colocation, échange de logements couverts.
  • Le + budget : une assurance scolaire en inclusion, dès la première formule.