CONSEILS DE PRÉVENTION

Conduire par mauvais temps

Conduire par mauvais temps

MAJ novembre 2018

Les intempéries accroissent les dangers de la route : par mauvais temps, les accidents sont plus nombreux et plus graves. Il est donc indispensable d’adapter sa conduite et de rouler dans une voiture entretenue et bien équipée.
Attention !
La pluie multiplie par deux le risque d’accident de la route.

Limitations de vitesse

Sur la route, le mauvais temps est synonyme de danger. La réglementation en tient compte, notamment en limitant les vitesses en cas d’intempéries. Celles-ci ont été fixées à partir de l’observation scientifique des limites de l’individu (perception visuelle, temps de réaction…) et de la complexité de l’environnement.

  Par beau temps Par mauvais temps
Conducteurs confirmés Conducteurs débutants Pluie, neige, grêle... Visibilité, inférieure à 50 m
En ville 50 50 50 50
Sur route 80 80 80 50
Sur voie rapide 110 100 100 50
Sur autoroute 130 110 110 50
 

Adaptez votre conduite

Par temps de pluie :

  • la visibilité est réduite,
  • l’adhérence des pneus est divisée par deux,
  • la chaussée est glissante.
Évitez les dérapages et l’aquaplaning :
  • réduisez votre vitesse de 20 km/h,
  • méfiez-vous des flaques et cuvettes d’eau.
Évitez la collision :
  • allumez vos feux de croisement,
  • doublez votre distance de sécurité.

Par temps de brouillard :

  • la visibilité est réduite et déformée,
  • les repères sont perturbés,
  • certains obstacles sont invisibles,
  • les distances sont mal appréciées.
Évitez la collision :
  • allumez vos feux de croisement et vos feux antibrouillard,
  • si la visibilité est inférieure à 50m, ne dépassez pas les 50 km/h, y compris sur autoroute,
  • doublez votre distance de sécurité,
  • n’effectuez pas de dépassement,
  • soyez très vigilant aux intersections.
Attention !
Les accidents par temps de brouillard sont deux fois plus graves que la moyenne.
Gare à l’effet d’aspirateur !
Par brouillard, l’automobiliste veut continuer à voir les feux de position du véhicule qu’il suit : il se rapproche. Dans le même temps, il craint le véhicule qui le suit : il accélère. Conséquences : une vitesse augmentée et des distances réduites. Ce phénomène est la cause d’accidents graves.

Par temps de neige et/ou verglas, la conduite est difficile et dangereuse. Ne conduisez qu’en cas d’extrême nécessité :

  • la luminosité et la visibilité sont plus faibles,
  • la route est glissante,
  • la direction et les freins du véhicule sont moins efficaces,
  • l’habitacle s’embue.

Gardez le contrôle du véhicule :

  • conduire sur neige demande beaucoup d’attention ; partez reposé,
  • utilisez des pneus hiver et des chaînes si nécessaire,
  • allumez vos feux de croisement,
  • réduisez votre vitesse et adoptez une conduite souple,
  • doublez vos distances de sécurité,
  • anticipez, évitez les accélérations, freinages et changements de direction brutaux,
  • méfiez-vous des zones humides : ponts, sous-bois, marécages...
  • ne doublez pas les engins de salage et déneigement et laissez les passer.

Roulez dans un véhicule bien entretenu et équipé

Par tout temps et à fortiori en cas d’intempéries, la fiabilité technique du véhicule est essentielle à la sécurité de tous.

Vérifiez son état général

  • Assurez-vous du bon état de vos pneus et faites la pression
  • Vérifiez l’état de vos freins, de votre batterie
  • Faites régler votre éclairage
  • Nettoyez vos essuie-glaces, changez-les si nécessaire
  • Faites le plein de liquide lave glace " spécial hiver "
  • Nettoyez vos vitres et votre parebrise pour une bonne visibilité
picto-55x60-pneu-neige.png

Les pneus : bien choisir

 
Pneus hiver : si la température redescend en dessous de 7°c
  • Non obligatoires, ils sont recommandés d’octobre à mars
  • Leur structure évacue mieux l’eau et leur gomme reste souple par basse température
  • Ils améliorent l’adhérence, réduisent la distance de freinage, améliorent la fiabilité et la précision de la conduite
  • Leur caoutchouc est inadapté aux températures élevées (usure prématurée, jeu dans la direction)
A savoir :
Pneus hiver, pneus contact et pneus neige désignent la même catégorie de pneus.

Pneus cloutés : si vous vivez à la montagne

  • idéal sur neige et sur glace,
  • inadaptés sur route mouillée ou dégagée,
  • utilisation autorisée du samedi précédent le 11 novembre au dernier dimanche de mars,
  • apposition d’un autocollant obligatoire à l’arrière,
  • vitesse limitée à 90 km/h.

 

picto-50x55-chaine-pneu.png  Utilisez les équipements adaptés

 

Chaussettes à neige : en cas de faible enneigement en plaine

  • moins couteuses et plus faciles à installer que les chaînes, elles améliorent la tenue de route sur neige et verglas,
  • elles perdent de l’efficacité par forte pente. Ne sont pas adaptées à la montagne,
  • elles s’usent rapidement,
  • rincez-les après chaque utilisation.

Chaînes à neige : par fort enneigement

  • achetez-les avant votre départ,
  • entraînez-vous à les installer chez vous,
  • garez-vous sur une aire de repos pour les installer sans gêner la circulation,
  • équipez les roues motrices (les 2 roues avant sur une traction avant, les 4 roues sur une voiture à propulsion et sur un 4X4),
  • roulez à faible allure (50 km/h maxi),
  • retendez les chaînes après quelques tours de roues.

À deux-roues par mauvais temps

Principal danger : la chute.

Neige, verglas, vent violent ? 

C’est la perte de contrôle assurée. Laissez votre deux-roues au garage.

Par temps de pluie ou la nuit :

  • assurez-vous d’être visibles par les automobilistes : lumières allumées, vêtements rétro-réfléchissants,
  • évitez la perte de contrôle au freinage : ne freinez pas dans les virages, anticipez et utilisez le frein moteur,
  • portez des vêtements confortables et adaptés aux intempéries afin de rester concentrés sur la conduite.
EN SAVOIR PLUS