MAIF, Assureur Militant

Conseils et prévention
-

La vie quotidienne

Vandalisme : lutter contre le tag

Les tags et autres graffitis sont devenus, par leur ampleur, un phénomène de société. En ville ou à la campagne, ils sont partout et s'attaquent à tous les supports : façades, cages d'escalier, véhicules... Des moyens existent pour lutter contre ces dégradations et éviter leur prolifération.

Une multitude de techniques… parfois très difficiles à effacer

  • Généralement d'une seule couleur, le tag est de petites dimensions. C'est une signature réalisée très rapidement et destinée aux lieux de passage. Plus élaboré et plus grand, le graffiti est l'occasion d'utiliser plusieurs couleurs. Enfin, la fresque, à vocation plus artistique, est de grande taille. Réalisée avec plusieurs couches de couleurs, elle est peinte à l’abri des regards ou pendant la nuit.
  • Côté produits, toute substance laissant une trace peut être utilisée par un tagueur : peintures, marqueurs, feutres, goudrons, cirage... On les répartit dans deux catégories :
    • les peintures, qui forment un film en surface,
    • les encres, qui " migrent " à l'intérieur du support et sont les plus difficiles à faire disparaître.

Les solutions d’effaçage

  • Le tag attire le tag : il faut agir vite (un lieu où les graffitis ne restent pas longtemps décourage les graffiteurs).
  • Faire intervenir rapidement une entreprise spécialisée. Ces professionnels mettront en oeuvre les techniques adéquates, comme l'effacement ou le recouvrement (masquage du tag sous une couche de peinture de couleur similaire au support).
  • A titre préventif, on peut appliquer des produits antigraffiti, qui facilitent l'enlèvement du tag, même s’ils n’en empêchent pas la réalisation.

Si ma voiture ou ma maison est tagguée, suis-je indemnisé par mon assurance ?

  • A la MAIF, le tag est considéré comme un dommage de nature accidentelle.
  • Les formules Équilibre et Sérénité du contrat habitation Raqvam indemnisent les dommages qui en résultent (franchise déduite).
  • Pour le véhicule, les formules Différence, Pertinence et Plénitude prennent aussi en charge cette dégradation (franchise déduite).

Des pouvoirs publics concernés

  • Soucieuses de préserver un cadre de vie agréable, la plupart des municipalités ont mis en place un service de nettoyage spécifique des tags et autres graffitis.
  • Gratuit ou non, ce service implique certaines formalités :
    • la victime doit déposer une plainte auprès des autorités de police,
    • signer une convention déchargeant la municipalité de toute responsabilité si le traitement échoue.
  • Les limites de l’intervention :
    • certaines œuvres sont si résistantes que le remède est pire que le mal,
    • le cadre des interventions est parfois limité (hauteur maximum, par exemple).

Attention !

Dans certaines communes, des arrêtés imposent une obligation de nettoyage, à la charge du propriétaire, même s'il en est la victime.

Des tags ? Accomplir les démarches au plus vite

  • Contacter les services municipaux pour obtenir les coordonnées d'entreprises spécialisées dans le nettoyage. Ce sera parfois un service municipal.
  • Copropriété : prendre contact avec le syndic pour la prise en charge des réparations par l'assureur de la copropriété ou par les services techniques de la municipalité.
  • Locataire : s’adresser au propriétaire pour qu'il fasse le nécessaire. Solliciter directement la municipalité est impossible sans une autorisation signée de sa part.

Que dit la loi ?

Comme toutes les détériorations ou dégradations ne présentant pas de danger pour les personnes, les tags sont des délits.
En principe, l'amende peut aller de 3 750 à 15 000 euros, parfois assortie d’une peine de travail d'intérêt général.