#ÇaYestJeSuisProf

Les jeunes enseignants se sentent souvent désarmés face à l’indiscipline et au chahut. Nous avons recueilli pour vous conseils et témoignages de tous horizons. Des pistes pour faire bloc avec l’équipe éducative et les parents, tout en optimisant votre engagement.

alt-img

Croire en sa mission. La Lettre à un jeune professeur, écrite par le pédagogue-chercheur Philippe Meirieu en 2005, ne parle que de ça. L’enseignant, à sa façon, est un roc. Face à lui, une génération d’élèves dans toute sa diversité. Leurs parents aussi, aux attentes parfois exagérées. Et autour de lui, un système technocratique, l’Éducation nationale, qui, toujours en citant Philippe Meirieu, « lui fera se demander s’il ne s’est pas trompé de métier ».
Alors oui, l’enseignant doit croire en sa mission. À lui seul, il sauvera les élèves de la déchéance et de l’échec social. À sa retraite, les élèves formeront une haie d’honneur. Et quand il croisera dans la rue cet ancien élève, il sera touché par les mots de gratitude qui ne manqueront pas d’être exprimés.

On ne devient pas enseignant par hasard. À la base, il y a un désir profond de transmettre des savoirs. L’enseignant doit être animé, convaincu de l’utilité de sa mission, a fortiori s’il débute dans le métier. Fabrice Hervieu, auteur du Guide du jeune enseignant (Sciences humaines, 2016) - entretien réalisé en mai 2017

Enseigner est un métier impossible : on ne le fera jamais assez bien, on sentira toujours le décalage entre nos aspirations et l’âpre réalité. Jean-Michel Zakhatchouk, Réussir ses premiers cours (ESF éditeur, 2011)

Conseils pratiques

  • 1) Faites bloc avec l’équipe éducative

    Beaucoup de jeunes enseignants éprouvent un sentiment de grande solitude face à leurs problèmes de gestion de classe. Ce n’est pas du tout ce que prévoit l’Éducation nationale, pour qui un établissement doit être doté d’un projet, d’une équipe et d’un règlement. Sur ce chapitre, le chef d’établissement a une responsabilité particulière de chef d’orchestre. Vous êtes en droit d’exiger une vraie implication de sa part, tout comme il s’attend à pouvoir compter sur vous. Faites connaissance avec chaque membre de l’établissement : collègues, infirmières, agents, équipe de direction… L’équipe que vous formez ne doit jamais être prise au dépourvu. Toutes les situations doivent pouvoir trouver une issue. Faites part de vos difficultés, écoutez celles des autres. Soyez solidaire, faites bloc ! Par exemple, si c’est la seule solution, soyez prêts à accueillir dans votre classe un élève collé par un collègue. Il saura vous rendre la pareille. Et si vraiment la situation de votre établissement vous désespère, demandez votre mutation en expliquant à l’inspecteur d’académie le type d’établissement qui vous conviendrait le mieux. Ou tentez le concours de proviseur pour changer le système de l’intérieur… Il est ouvert à tous les enseignants justifiant de cinq années d’ancienneté.

    Dans les collèges difficiles où je suis passée, j’ai souvent pu compter sur la gentillesse et la solidarité de collègues plus expérimentés qui, au moment où j’allais chercher une classe difficile dans la cour, récupéraient au passage le ou les perturbateurs. Ils étaient neutralisés avant l’entrée en classe. Constance, témoignage sur le forum Néoprofs

    Pas facile, mais nous étions magnifiquement aidés par la directrice, les collègues plus anciennes, et l’équipe pédagogique de l’inspection de circonscription.
    Angélique, témoignage Facebook Education Parents-Profs.

    Une école sympa avec des élèves sympas et une équipe de collègues à mes côtés pour écouter, conseiller, encourager, rassurer… C’est essentiel une bonne équipe ! Paula, témoignage Facebook Education Parents-Profs.

    J’ai subi un harcèlement horrible de la part de cette tutrice et du chef d’établissement qui espionnait mes moindres faits et gestes.
    Charlotte, témoignage Facebook Education Parents-Profs.