Conseils et prévention
Se protéger face aux tempêtes
Partage : 
Illustration

Orages violents, mini-tornades, grêle, tempêtes et fortes pluies sont des phénomènes dont la soudaineté et l’ampleur des dégâts engendrés semblent s’accélérer depuis quelques années. Que faire pour s’en prémunir ?

Avant la tempête

Ces phénomènes naturels font souvent l’objet d’alertes météo, et même s’il est difficile d’en prévoir exactement l’intensité, il est acquis aujourd’hui que l’on peut en réduire les conséquences, à l’échelle individuelle, en prenant quelques précautions.

Informez-vous !
En cas d’avis de tempête, Météo France émet des alertes et des bulletins de veille qui sont diffusés par tous les médias ; il est essentiel de se tenir informé des mises à jour régulières, pour, dans la mesure du possible, anticiper sur les événements. Vous pouvez consulter les cartes de vigilance sur le site www.meteo.fr ou par téléphone au 32 50 (0.34€ /min)

Illustration

Si vous avez repéré ce pictogramme dans votre commune, c’est que vous êtes exposé au risque de tempête. Informez-vous auprès des autorités et services publics (mairie, préfecture, pompiers,…) sur les événements passés. Vous pouvez également consulter le site www.prim.net (section ma commune face aux risques).

Renseignez-vous également sur les moyens d’alerte mis en place par votre commune (radio, sirène, automate d’appels,…).

Préparez-vous

A l’intérieur :

  • Constituez un kit d’urgence.
  • Faites une réserve d’aliments longue conservation et de bouteilles d’eau.
  • Prévoyez des vêtements, couvertures, médicaments, une trousse de premiers soins, quelques outils utiles, une radio, des lampes de poche avec des piles de rechange, car bien souvent, qui dit tempête, dit aussi coupures d'électricité. Pensez également à charger votre téléphone portable.
  • Débranchez les appareils électriques.
  • Fermez les portes, les fenêtres et les volets.
  • Vérifiez qu'en cas de fortes pluies, il n'y a pas de risque d'inondation de votre sous-sol, garage, cave ou du rez-de-chaussée. Si c’est déjà arrivé, montez à l’étage tout ce qui est fragile ainsi que vos papiers importants.

A l'extérieur :

  • Fixez ou rentrez à l’abri tout ce qui peut être facilement emporté par le vent et qui pourrait blesser quelqu'un (mobilier de jardin, pots de fleurs...).
  • Vérifiez que vos barrières et grillages sont bien fixés, et que vos chéneaux et gouttières sont propres, notamment pour favoriser l’évacuation de l’eau de pluie qui peut tomber en très grande quantité.
  • Rentrez la voiture dans le garage, ou protégez-là des débris projetés avec des couvertures.
  • Élaguez les arbres qui menaceraient votre habitation s'ils tombaient.
  • Reportez vos déplacements si cela est possible.
  • Rentrez vos animaux à l’abri, car eux aussi pourraient être blessés par des débris.
  • En cas d’absence de votre domicile, demandez à vos proches ou à vos voisins qu’ils sécurisent votre habitation au maximum.

Pendant la tempête

Si vous êtes à l’intérieur :

  • Restez à l’intérieur ! Ne sortez pas, vous pourriez recevoir des projectiles (tuiles, branches…) qui pourraient vous blesser gravement.
  • Coupez le courant électrique et le gaz.
  • Éloignez-vous des baies vitrées.
  • Ne téléphonez pas afin de laisser les lignes libres pour les secours, sauf pour demander vous-même du secours.
  • Ne fumez pas, ne faites pas de feu de cheminée.

Si vous êtes à l'extérieur :

  • Abritez-vous immédiatement dans le bâtiment le plus proche.
  • Si vous ne voyez pas de bâtiment à proximité, réfugiez-vous dans une voiture en gardant les fenêtres fermées.
  • Ne vous abritez-pas sous les arbres et prenez garde aux chutes de branches d’arbres.
  • Ne vous approchez pas des lignes électriques tombées à terre, ni de bouches d’égouts qui pourraient vous aspirer.
  • Éloignez-vous des cours d’eau.

Si vous êtes en voiture :

  • Arrêtez-vous sur le bas-côté de la route, loin des arbres, des pylônes ou des équipements susceptibles de tomber sur le véhicule.
  • Ne stationnez pas dans des zones inondables, en bordure des cours d’eau.
  • Une forte pluie réduisant la visibilité, allumez vos feux de détresse pour vous signaler aux autres automobilistes.

Après la tempête

  • Restez informé, écoutez les dernières consignes données par la radio, la télévision et les autorités.
  • Éloignez-vous des zones dangereuses.
  • N’allez pas dans les secteurs endommagés, à moins que l’on ne sollicite votre aide.
  • Aidez les personnes en difficulté : enfants, personnes âgées, blessées, choquées.
  • Signalez les blessés ou les victimes éventuelles aux services de secours. N’essayez pas de déplacer les personnes sérieusement blessées, sauf s’il y a risque immédiat de nouvelle blessure (chute de murs, etc.).
  • Ne touchez pas et signalez immédiatement les lignes électriques endommagées ou tombées à terre.
  • Examinez les murs, sols, portes, escaliers et fenêtres pour vous assurer qu’il n’existe pas de risque d’écroulemen.
  • Portez des vêtements fermés, des gants et des chaussures fermées pour ne pas vous blesser sur les débris.
  • Si l’électricité a été coupée pendant plusieurs heures, vérifiez les aliments au réfrigérateur et/ou congélateur pour vous assurer qu’ils sont encore consommables.
  • Évitez les déplacements importants en véhicule, et le cas échéant, conduisez avec la plus grande prudence.
  • Prenez les mesures d’urgence qui s’imposent pour que l’état des biens ne s’aggrave pas.
  • Pour toutes les activités en hauteur (élagage d’arbres, réparation de toitures…), le risque de chute est important. Faites appel à un professionnel pour réaliser de tels travaux.

Zoom sur les travaux d’après tempête et les précautions à prendre

Pendant l’hiver 1999, la tempête a tué de nombreuses personnes, blessé beaucoup d'autres, dévasté les forêts et endommagé les habitations. Mais son bilan en termes de blessures et de décès accidentels s’est encore alourdi les mois qui ont suivi... En effet, nombreux furent ceux qui, voulant se substituer au couvreur, à l'antenniste ou encore au bûcheron, ont mis leur vie en jeu. Ces métiers à risques réclament une technicité et un outillage dont la plupart des sinistrés n’étaient pas équipés.

Les précautions élémentaires à prendre après une tempête :
  • Dans la mesure du possible, réserver les travaux dangereux aux professionnels aguerris à ce genre de situation.
  • Utiliser un matériel fiable, conforme aux normes de sécurité, et prendre conseil auprès d'un professionnel pour ses travaux.
  • Vérifier que l’on est bien vacciné contre le tétanos.

Prévenir les accidents de tronçonneuse

La manipulation d’une tronçonneuse ne s’improvise pas… De la simple plaie d'un mollet à l'amputation de doigts, en passant par la fracture de la mâchoire inférieure, les risques ne sont pas négligeables. Une plaie par tronçonneuse déchiquette et brûle la peau plus qu'elle ne la coupe. La douleur étant sourde, certains continuent de tronçonner sans réagir jusqu'à ce que la vue du sang les arrête !

Faites également attention aux projections d'esquille, de poussière de bois, de caillou ou retour en coup de fouet de branches libérées brutalement peuvent provoquer des plaies oculaires.

Des conseils de prévention
  • Ne pas retirer le coupe-circuit. Il est la seule protection efficace en cas de chute sur la tronçonneuse.
  • Équipez-vous d’un pantalon de sécurité doublé d'une cote de maille, destiné à protéger la face antérieure des cuisses et des jambes.
  • Porter des lunettes de protection, des gants et un casque.
  • Se méfier des chaos d'arbres : couper une branche qui semble anodine peut déstabiliser l'ensemble comme dans un jeu de mikado, et écraser la personne qui tronçonne.
  • Ne jamais tronçonner en inclinant l'outil vers soi. Qu'il s'agisse d'un mouvement ascendant ou descendant, la branche peut céder parfois brutalement, rendant le mouvement trop ample, donc dangereux. Mieux vaut tronçonner l'arbre ou la branche vers l'extérieur quand c'est possible, en prenant garde aux voisins
  • Éloigner les enfants.

Prévenir les chutes de toits ou d'échelles

Évoluer à une dizaine de mètres de hauteur pour réorienter son antenne, bâcher son toit ou encore remplacer des tuiles n’est pas une intervention anodine... La chute de toit ne pardonne pas : tout est possible, de la simple contusion au décès immédiat par traumatisme crânien entraînant un délabrement cérébral majeur.

Avec le matériel :

  • À l'achat, privilégier une échelle aux normes de sécurité européennes ou françaises (NF).
  • S’assurer que l’échelle est solide et que les appuis le sont aussi.
  • L'inclinaison de l'échelle sur l'horizontale ne doit pas être inférieure à 70° (idéalement à 75°).
  • Ne jamais monter à deux sur une échelle.
  • Faire face à l'échelle à la descente comme à la montée.
  • Ne jamais se servir d'une échelle à l'horizontale comme passerelle.
  • S’équiper de chaussures à semelles antidérapantes.

Selon le cadre d’intervention :

  • Pour tous travaux en hauteur, porter un harnais de sécurité.
  • Ne jamais monter sur le toit un jour de pluie ou de grand vent.
  • Faire attention aux gouttières fragilisées qui ne pourraient supporter le poids d’un homme.
  • Gare aux toits de type fibrociment (hangars) d’une grande fragilité sous un aspect faussement solide.
  • Se méfier si l’on doit tronçonner des cerisiers et plus généralement des arbres fruitiers, leurs branches cassant facilement sous le poids d’une échelle.
En cas de sinistre
  • Envoyez votre déclaration de sinistre sous 5 jours auprès de votre compagnie d’assurance.
  • Afin de faciliter les démarches d’indemnisation, n’hésitez pas à joindre des photos ou des vidéos des dommages causés par la tempête et une liste des biens perdus ou endommagés.

La MAIF au plus près de ses sociétaires

Les événements climatiques que la France a connus ces dernières années ont conduit la MAIF à mettre en place des moyens de réponse adaptés aux situations dramatiques vécues par les sociétaires.

Une cellule de gestion de crise a été créée, capable de réagir très vite, afin d’organiser la gestion et de mutualiser les flux « déclarations de sinistres », habituellement pris en charge par des centres dédiés, avec des sites solidaires. La prise en compte des sinistres est ainsi optimisée, et la MAIF peut rapidement mobiliser son réseau d’experts pour aller sur le terrain, au plus près des sociétaires.