Conseils et prévention
Conduite accompagnée, Apprendre à conduire de 15 à 77 ans
Partage : 
La conduite accompagnée permet, après une période de formation initiale, d'acquérir une expérience concrète et progressive de l'autonomie.

La conduite accompagnée permet, après une période de formation initiale, d'acquérir une expérience concrète et progressive de l'autonomie.

Conduite accompagnée
Apprendre à conduire de 15 à 77 ans

Lancée en 1988, la conduite accompagnée vise à permettre de se former à la conduite automobile et de se confronter progressivement à la variété et à la complexité des conditions de circulation, sous la surveillance constante et directe d’un accompagnateur.
Objectif : réduire l’exposition au risque des jeunes conducteurs, les premières années de conduite étant en effet marquées par une forte accidentalité.

La filière d’apprentissage " conduite accompagnée " recouvre 3 solutions spécifiques :

  • l’AAC ou apprentissage anticipé de la conduite, accessible dès 15 ans (depuis le 1er novembre 2014),
  • la conduite supervisée pour les plus de 18 ans et pour ceux qui ont échoué à l’examen du permis de conduire,
  • la conduite encadrée, à partir de 16 ans, pour les élèves des filières professionnelles des métiers de la route.

Une conduite accompagnée efficace doit :

  • favoriser l’acquisition d’une expérience et d’automatismes dans des situations variées : les trajets doivent être diversifiés (durée, conditions de circulation, réseau).
    Attention : des trajets courts et répétitifs ne permettent pas de développer les habiletés nécessaires à une conduite sûre et responsable,
  • développer les capacités d’adaptation et d’anticipation (prise en compte du comportement des autres et des facteurs d’insécurité).
L’accompagnateur et l’information à l’assurance
  • L’accompagnateur doit être titulaire du permis B depuis au moins 5 ans et sans interruption.
  • La conduite accompagnée doit se faire avec l’accord de l’assurance : un formulaire permet de demander l'extension des garanties du contrat Vam à la MAIF. La lettre-avenant qui vous est retournée et qui constate les modifications apportées aux clauses primitives du contrat est à remettre à l'auto-école.
    À noter que ce complément d'assurance ne fait l’objet d’aucune majoration de cotisation ni supplément de franchise.
  • La fonction d'accompagnateur peut être assurée par plusieurs personnes, sous réserve de l'accord préalable de l'assureur du ou des véhicule(s) utilisé(s).

Attention !
Le rôle d'accompagnateur doit être assumé avec le plus grand sérieux, sans stress ni inquiétude excessifs : on essaiera d’être détendu, actif et responsable afin que l’élève bénéficie au maximum de notre expérience. Notre propre conduite doit évidemment être un exemple et ne pas transmettre de mauvaises habitudes à l’élève ! L'implication de l'accompagnateur est indispensable dès la formation initiale, en assistant à quelques séances de formation théorique et en accompagnant régulièrement l'apprenti à ses leçons de conduite...

La voiture utilisée doit être équipée de deux rétroviseurs latéraux : l’un à gauche réglé pour le conducteur, et l’autre à droite réglé pour l’accompagnateur. Elle peut être à boîte de vitesse manuelle ou automatique. Le disque spécifique "conduite accompagnée" doit être apposé à l'arrière gauche du véhicule.

  • L’apprenti conducteur ne peut quitter les routes de France.
  • Les limitations de vitesse sont celles applicables aux conducteurs novices : 110 km/h sur autoroute, 100 km/h sur les routes à deux chaussées séparées par un terre-plein central, 80 km/h sur les autres routes, 50 km/h en agglomération.
  • En cas de contrôle, l'apprenti conducteur est tenu de présenter aux forces de l'ordre son livret d'apprentissage. À conserver dans la voiture, ce livret tient lieu de justificatif : trajets parcourus, dates et durée de conduite... La lettre-avenant délivrée par la MAIF vaut attestation d'assurance et doit être produite.
  • L'accompagnateur doit être en mesure de présenter son permis. Comme le conducteur, il peut être soumis à un dépistage de l'alcoolémie ou de l'usage de stupéfiants.