MAIF, Assureur Militant

Conseils et prévention
-

Sur la route

Débridage des deux-roues : prévenir, lutter et sanctionner

En 2013 plus de 8000 personnes ont été victimes d’un accident de cyclomoteur. Malheureusement, les plus jeunes sont les plus touchés : plus d'un cyclomotoriste sur trois a moins de 20 ans, et le risque routier est la première cause de mortalité à l'adolescence. Le débridage des cyclomoteurs, pour augmenter leur puissance et leur vitesse de pointe, n'est pas étranger à ce phénomène. Une pratique dangereuse pour la fiabilité des engins et la sécurité des passagers.


Débridage ?

Les cyclomoteurs de – 50 cm3 possèdent des brides et sont homologués au niveau européen. Les pièces fixées sur le châssis sont conçues et usinées pour supporter une certaine fréquence de vibrations et de déformation.
Le kittage consiste à effectuer des modifications sur certains éléments du véhicule tel que le pot d’échappement, le filtre à air, le carburateur ou encore le variateur afin d’en accroître la vitesse.

    Reconnaitre un cyclomoteur débridé :
  • La vitesse du cyclomoteur dépasse 45 à 50 km/h
  • Le niveau sonore du véhicule est très élevé
  • Même sans notions de mécanique, le changement du pot d’échappement est repérable

Au-delà de 45 km/h : danger !

La vitesse

Les pièces fixées sur un cyclomoteur de -50 cm3 ne sont pas capables de résister aux forces imposées par des vitesses supérieures à 45 km/h : passé ce stade, elles peuvent casser net...

Un scooter débridé c’est 30 % de probabilité supplémentaire d’avoir un accident grave


Où sont les freins ?

Une fois le moteur débridé, la capacité de freinage devient insuffisante : les taux d'effritement des plaquettes et d'échauffement des disques sont proportionnels à la taille et à la vitesse du cyclomoteur. Un échauffement excessif peut entraîner la perte totale du freinage.

Vieillissement prématuré

Ce type de bricolage entraîne par ailleurs une usure accélérée et prématurée du moteur (au niveau des segments et du piston), des pneus mais aussi une consommation d'huile plus importante.


Pratique à risque, regret à vie...

Ces modifications exposent le jeune à des dangers : il sera tenté de prendre des risques que permettent des vitesses supérieures. Sans la maturité et l’expérience pour conduire un engin puissant, il s’expose à des risques qui peuvent lui être fatal. N’oublions pas que les 14-17 ans représentent la moitié des victimes d'accidents de la circulation en tant qu'usagers de deux-roues... soit 37 cyclomotoristes par jour en France.

50 % des cyclomoteurs accidentés sont débridés


Les sanctions

Les professionnels

Le professionnel impliqué dans les transformations de la puissance et/ou dans la vente de l’engin commet un délit puni. Les peines encourues peuvent aller de 2 ans d'emprisonnement, 30 000 € d'amende et une interdiction d’exercice de 5 ans.

Les conducteurs

Conduire un cyclo débridé ou kitté est passible est puni d’une amende de 4ème classe de 135 €. L'immobilisation et la mise en fourrière peuvent être prescrites et la confiscation du véhicule peut être prononcée à titre de peine complémentaire.
Par ailleurs, un véhicule trafiqué émet plus de bruit que la norme indiquée et produit une fumée anormale ce qui peut engendrer deux amendes supplémentaires de 135 €.

Et l’assurance ?

L’article L113-2 du Code des assurances stipule que les modifications qui sont susceptibles d’aggraver le risque ou d’un créer un nouveau doivent être déclarés en cours de contrat. Le débridage du cyclomoteur est une modification qui accroît le risque et ne correspond plus à ce qui a été initialement déclaré à l’assureur, ce qui peut entraîner une déchéance des garanties.

Pour en savoir plus sur l’équipement

Visitez notre page " Protection des usagers "