Lac, rivière et mer : attention aux noyades !
Partage : 
illustration

Les noyades constituent un problème important de santé publique et ne se produisent pas que dans les piscines. Elles sont chaque année, responsables de plusieurs centaines de décès et entrainent parfois de graves séquelles.

En cours d’eau et plan d’eau, ou en mer, plus de la moitié des noyades ont eu lieu dans une zone de baignade non surveillée ou dans une zone de baignade interdite. Chez les enfants de 1 à 14 ans, elles représentent la première cause de décès accidentel.


À savoir

Les enfants de moins de 6 ans représentent 15 % des décès par noyade

À l’approche des beaux jours et pour prévenir des risques de la baignade dans les points d’eaux naturels (mer, lac, rivière) il est important d’avoir les bons réflexes pour éviter l’accident.

Tout point d'eau, puits, citerne, tonneau de récupération d'eau, lavoir, petit bassin d'agrément, mare aux canards, abreuvoir, fosse septique... constituent un danger potentiel permanent pour le tout-petit qui découvre ces zones attrayantes et dangereuses pour lui.

Contrairement à une idée reçue, les jeunes enfants se noient sans aucun bruit ni gerbes d’eau. Il arrive donc que la noyade se déroule alors même que la famille est toute proche.

Dans la majeure partie des cas de noyades d'enfants de moins de 6 ans, sont mis en évidence le manque de surveillance et le fait que l'enfant ne sait pas nager.

Il est donc indispensable d’évoquer la responsabilité des adultes en matière de surveillance et de désigner celle ou celui qui dans le groupe assure cette responsabilité.

Protégez l'accès des mares, puits et autres points d’eau par un grillage solide. Lorsque vous arrivez chez des amis qui habitent un pavillon ou lorsque vous en louer un pour les vacances, faites toujours le tour du jardin avant d'y laisser votre bambin.

Une vague plus grosse que l'autre, un trou d'eau sont le plus souvent à l'origine des noyades survenant en bord de mer. Les flaques, entre les rochers, laissées par la marée descendante peuvent aussi être à l'origine d'un accident.

Pour les adultes, les causes de noyade sont souvent liées aux courants, à l'équipement et à la sous-estimation des risques encourus. Dans un grand nombre de cas, la baignade a eu lieu dans une zone non surveillée, voire interdite.

Tenez compte de votre forme physique et ne surestimez pas vos capacités.

Choisissez toujours des zones de baignades surveillées pour les adultes comme pour les enfants : ne laissez pas votre enfant, même bon nageur, se baigner seul, même dans une zone surveillée.

Seule la surveillance rapprochée des enfants par un adulte SACHANT NAGER est vraiment efficace

En arrivant sur les lieux, renseignez-vous pour connaître :

  • les risques particuliers du lieu (courants, Baines,...)
  • les endroits de baignades les plus sûrs pour les jeunes enfants
  • tenez compte des drapeaux indiquant les règles de sécurité à la baignade

Drapeau vert :

Pas de danger particulier, la baignade est surveillée. Rester vigilant

Drapeau jaune :

Baignade Dangereuse, la baignade est surveillée. Être très vigilant, Éviter la baignade

Drapeau rouge :

Baignade Interdite, la zone reste surveillée ; Ne pas se baigner, ni même s'approcher de l'eau

Pas de drapeau :

Baignade Non Surveillée. Être très vigilant, éviter la baignade.

Les loisirs nautiques ?

D’autres activités autres que la baignade peuvent être la cause de noyades, c’est par exemple le cas des activités de pêche ou de bateau : ne les pratiquez jamais seul et prévenez toujours un proche de votre zone d’activité.

Des conseils de prudence à respecter avant toute activité aquatique doivent être répétés : ne pas surestimer ses capacités physiques, tenir compte de son état de santé, s’informer sur l’état de la mer et sur les conditions météorologiques.

Un choc thermo-différentiel peut entraîner une perte de connaissance immédiate avec arrêt du coeur.

Nos conseils :

  • Entrer progressivement dans l’eau : mouiller la nuque et les bras.
  • Pas d'alcool avant la baignade (2e cause de noyade des hommes entre 25 et 44 ans).
  • Se rafraîchir fréquemment (tous les 1/4 d’h) pendant un bain de soleil.

Les engins flottants Le risque d'hydrocution est encore accru en cas de dérive en plein soleil sur un matelas flottant, qui peut se dégonfler, chavirer dans une eau agitée ou être poussé vers le large. Ces embarcations ne doivent pas s'éloigner à plus de 300 mètres du rivage et leurs occupants doivent savoir nager.

  • Pour les enfants:
    Apprendre à flotter sur le dos peut s’envisager très tôt par une initiation des très jeunes enfants en milieu aquatique (ou bébés nageurs) et peut être vital pour un petit qui tombe accidentellement dans l’eau. La synchronisation des mouvements qui permet de savoir nager n’est, elle, possible qu’à partir de 6 ans.
  • Pour les adultes:
    Les cours de secourisme comportent l'apprentissage des premiers secours à un noyé. Quelques heures suffisent pour apprendre à sauver une vie ! Des sessions de formation sont organisées en permanence dans toute la France

Quelques conseils :

Équipez systématiquement vos enfants de brassards (munis de valves anti retour et conforme à la norme NF EN 13138-1) ou de maillot de bain flottant dès qu’ils sont à proximité d’un bassin

Apprenez à votre enfant à reconnaître le plus tôt possible chacun des points d'eau dangereux et expliquez-lui le risque qu'il court si jamais il tombe dedans.

Apprenez à vos enfants à nager le plus tôt possible, ou à flotter sur le dos, ainsi en cas de chute ils regagneront le bord sans paniquer.

À savoir

L'article 223-6 du Code pénal prévoit de lourdes sanctions en cas de non-assistance à personne en danger, si l'intervention ne présente pas de risque pour le sauveteur ou pour les tiers.


    Nos conseils :
  • Une fois la victime hors de l'eau, vérifiez si elle est consciente et si elle respire.
  • Si oui basculer sa tête en arrière, l'allonger sur le côté, la sécher, la réchauffer, lui parler.
  • Prévenir les secours : 18 pour les sapeurs-pompiers, 15 pour le Samu, 112 pour le numéro unique d'urgence européen.

    Des gestes qui peuvent sauver :
  • Une victime ranimée immédiatement a cinq fois plus de chances de sortir indemne d'une noyade.
  • Si le noyé est inconscient et ne respire plus, le bouche-à-bouche et le massage cardiaque sont nécessaires.

Pour en savoir plus, découvrez notre partenariat avec la SNSM (société nationale de sauvetage en mer) et le site internet www.grainesdesauveteurs.com