Face au harcèlement scolaire, comment réagir pour aider votre enfant ?

07/2021 - Mis à jour le 19/07/2021 par Léa

Depuis quelque temps, votre enfant adopte des comportements inhabituels, se replie sur lui-même, refuse d’aller à l’école… Il est possible qu’il soit victime de harcèlement scolaire. Face à cette réalité qui touche près de 700 000 enfants*, soit un sur dix, une réponse rapide s’impose. Pour les parents, des solutions existent pour identifier les signes de harcèlement et y répondre : nous vous proposons quelques pistes pour accompagner votre enfant.

jeunes dans un escalier

Qu’est-ce que le harcèlement à l’école ?

Les caractéristiques permettant d’identifier le harcèlement scolaire

Le harcèlement scolaire se définit comme des agressions répétées et sur une période longue, d’un ou de plusieurs élèves à l’encontre d’une victime qui ne peut se défendre. Moqueries, vols, insultes, mises à l’écart et rejet du groupe… Il se traduit par diverses formes de violences, qui peuvent être verbales, non verbales (gestuelle, grimace…), psychologiques (propagation de rumeurs…) ou physiques.
Il se caractérise par l’isolement de la victime, un rapport de domination, mais également une intention de nuire. Enfin, le harcèlement scolaire se différencie des autres formes de harcèlement du fait qu’il se révèle souvent être un phénomène de groupe, avec un meneur entouré de témoins plus ou moins actifs.

Les conséquences que peut entraîner le harcèlement scolaire

Subir un harcèlement à l’école peut nuire au développement de l’enfant, car en pleine construction de son identité, il est souvent d’autant plus vulnérable et atteint par ces attaques. En résulte donc un mal être physique et émotionnel qui peut se traduire notamment par des troubles du sommeil ou une chute des résultats scolaires.

Repérer les signaux d’alerte d’une situation de harcèlement

Afin de ne pas provoquer un sentiment d’épuisement, il est primordial pour votre enfant de trouver un poste flexible, adapté aux horaires scoPour déceler le harcèlement scolaire, un certain nombre de signaux faibles peuvent alerter sur la situation. La difficulté pour les identifier tient au fait que le harcèlement n’est pas aisément visible, ayant souvent lieu en dehors de la présence d’un adulte. L’enfant peut également éprouver un sentiment de culpabilité le poussant au silence. Il est donc primordial de rester vigilant et attentif à d’éventuels changements de comportements soudains de votre enfant.
Ces changements peuvent s’observer de manière physique :

  • maux récurrents au ventre ou à la tête dus au stress,
  • insomnies,
  • angoisses,
  • sursauts.

Mais également psychiques :

  • repli sur lui-même,
  • enfermement dans sa chambre,
  • chute brutale de ses notes,
  • désintérêt soudain pour ses activités de prédilection.

En fonction de la personnalité de l’enfant, ces symptômes diffèrent. L’important reste donc de repérer leur intensité ainsi que leur concomitance. De plus, avec la démocratisation des technologies et des réseaux sociaux, la montée en puissance du cyberharcèlement ne le restreint plus à l’enceinte scolaire. Il vous appartient donc de rester vigilant quant à l’activité en ligne de votre enfant, ainsi que des propos publiés pouvant le concerner.

Réagir en tant que parent face à une situation de harcèlement

La résolution passe par la communication

Le dialogue avec l’enfant, bien qu’il puisse être délicat à établir, représente un premier niveau de résolution. Cela permet d’échanger et de s’exprimer sur son ressenti tout en lui faisant comprendre la singularité de la situation, et qu’il n’en est en rien le coupable.
Ne pas tenter de résoudre seul le problème, mais prendre contact rapidement avec l’établissement scolaire, le professeur principal ou encore l’infirmerie au sein de laquelle il aurait pu trouver refuge est une étape importante. Cela permettra d’alerter les équipes pédagogiques et d’obtenir, si cela est utile, une confrontation avec le ou les enfants mis en cause. Vous pouvez également vous adresser aux associations de parents d’élèves, qui constituent elles aussi un relais pouvant participer au dénouement du problème.
Si vous le souhaitez, vous avez la possibilité d’appeler le 3020, le numéro gratuit de la ligne « Non au harcèlement » d’aide officielle mise en place par le ministère de l’Éducation nationale, ou de « Net écoute » au 0800 200 000.

Établir un suivi de long terme

Enfin, nous vous recommandons de rester vigilant, afin que ces troubles ne se reproduisent pas. Il peut également dans certains cas être pertinent de proposer à l’enfant un suivi psychologique qui lui permettra de faire un retour sur cette expérience et de retrouver pleinement confiance en lui.

Sources

* Ministère de l'Education Nationale, de la Jeunesse et des Sports | Enquête victimation 2015 – DEPP.
Lutte contre le harcèlement à l’école | education.gouv.
Qu’est-ce que le harcèlement scolaire ? | Association Marion La main tendue.
Site du ministère de l’Éducation nationale.

Côté MAIF

Si votre enfant est confronté à une situation de harcèlement physique, MAIF met à votre disposition le contrat d'assurance des accidents de la vie courante, Praxis Solutions, dont l’une des garanties prévoit le soutien d’un psychologue avec des entretiens téléphoniques ou en face à face.