Informer et aider votre enfant face au cyberharcèlement

07/2021 - Mis à jour le 12/07/2021 par Selim B.

Un temps cantonnées aux salles de classe et aux cours de récréation, les situations de harcèlement tendent à se multiplier en ligne. Ce phénomène est favorisé par l’utilisation généralisée de nouveaux modes de communication par les plus jeunes (téléphones portables, réseaux sociaux…). On parle alors de cyberharcèlement. Face à ce fléau, tout le monde peut et doit agir. Nous vous donnons quelques conseils pour prévenir ces situations.

jeune fille qui regarde son portable

Le cyberharcèlement, qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit d’une forme de violence répétée aux origines variées

Le cyberharcèlement peut être défini comme « une forme de cyberviolence qui se caractérise par la dimension répétée d’un acte agressif intentionnel, perpétré par un individu ou un groupe d’individus au moyen de formes de communication électronique à l’encontre d’une victime qui ne peut facilement se défendre seule ».
L’une des principales difficultés de l’identification des situations de cyberharcèlement réside dans l’impossibilité de définir les raisons qui poussent des jeunes à se liguer contre un ou plusieurs autres. Cependant, on compte plusieurs critères qui font qu’un enfant peut être harcelé : l’apparence physique, la religion, la couleur de peau, l’orientation sexuelle...

Le cyberharcèlement est puni par la loi

Parmi les sanctions législatives prévues pour les personnes se rendant coupables de cyberharcèlement, on compte notamment :

  • Une amende de 12 000 € (art. 32 de la Loi du 29 juillet 1881), pour une injure ou une diffamation publique.
  • Un an de prison et 45 000 € d’amende (art. 226-1, 226-2 du Code pénal), pour une atteinte au droit à l’image.
  • Un an d’emprisonnement et 15 000 € d’amende (art. 226-4-1 du Code pénal), en cas d’usurpation d’identité.

Comment savoir si votre enfant est concerné ?

Peu d’enfants parlent spontanément du harcèlement à leurs parents

Depuis maintenant quelques années, la présence des plus jeunes sur les réseaux sociaux entraîne une massification des cas de harcèlement en ligne chez les enfants et les adolescents. D’après les données récoltées par l’association e-enfance, partenaire du ministère de l’Éducation nationale : 41 % des enfants ont déjà été victimes de cyberviolences et 7 % de cyberharcèlement. Cependant, seuls 10 % des enfants victimes de cyberharcèlement osent en parler à leurs parents.

L’entourage personnel et pédagogique de votre enfant peut vous aider

Face au cyberharcèlement, tous les adultes doivent agir ensemble pour le prévenir et le combattre. Cela passe par le dialogue et l’échange avec votre enfant et son entourage. Vous pouvez aussi échanger avec le personnel pédagogique pour faire remonter toute crainte ou tout problème rencontré par votre enfant. Les personnels éducatifs sont aux premiers postes pour détecter les cas de cyberharcèlement. Ils peuvent ainsi orienter les jeunes concernés vers les structures et les accompagnements adéquats.

Cyberharcèlement : comment aider votre enfant à se protéger ?

En tant que parent, vous avez une responsabilité en ce qui concerne la détection des situations, l’aide et l’accompagnement en cas de difficulté rencontrée par votre enfant. En effet, l’âge de début d’accès à internet se situe aux alentours de 9 ans et la tendance est encore à la baisse. Dès le plus jeune âge, les enfants sont souvent équipés d’un outil numérique personnel. Votre rôle d’accompagnement est donc essentiel.

Plusieurs moyens vous permettent de prévenir les situations de cyberharcèlement :

  • Éduquer votre enfant dès le plus jeune âge aux codes d’une communication bienveillante sur les réseaux sociaux. Vous pouvez lire nos conseils pour un usage sécurisé des réseaux sociaux.
  • Réguler leur usage par des applications de contrôle parental.
  • Discuter du cyberharcèlement, de manière sincère et non culpabilisante, avec les plus jeunes et les adultes de votre entourage immédiat et de celui de votre enfant.

Pour permettre à votre enfant de se préserver, il faut aborder le sujet le plus tôt possible. Cela permet notamment d’éviter les situations les plus difficiles, comme celles menant par exemple à la phobie scolaire .

Sources

« Qu’est-ce que le cyberharcèlement ? » | ministère de l’Éducation nationale, de la jeunesse et des sports.