Face à la phobie scolaire, comment réagir ?

07/2021 - Mis à jour le 12/07/2021 par Selim B.

Pas toujours évidente à déceler et à appréhender, la phobie scolaire est un phénomène complexe, d’autant plus qu’il naît souvent de facteurs divers, et qu’il peut revêtir plusieurs formes. Touchant 1 à 3 % des enfants et des adolescents scolarisés, selon les estimations de l’Association Phobie Scolaire(1), ce mal parfois profond peut rendre certains jeunes littéralement malades à l’idée de retourner à l’école. Heureusement, des moyens d’accompagner vos enfants existent. Mais alors, comment la repérer et réagir ? Comment accompagner votre enfant dans sa lutte contre la phobie scolaire ?

jeune fille qui fait ses devoirs à la maison

La phobie scolaire, qu’est-ce que c’est ?

Phénomène social en croissance, la phobie scolaire concerne différents âges chez l’enfant et l’adolescent, de l’école primaire jusqu’au lycée. Les professionnels de psychologie tendent de plus en plus à définir de manière unanime la phobie scolaire comme un ensemble de difficultés relationnelles, personnelles qui s’accumulent au fil du temps, que ce soit à l’école ou en famille, et fragilisent le jeune. Les enfants et adolescents concernés développent alors une peur irrationnelle de l’école, qui se manifeste par des difficultés à aller à l’école, des angoisses ou des phénomènes de somatisation.

Les profils d’élèves souffrant de phobie scolaire sont divers. Elle atteint les garçons comme les filles, les bons élèves comme les moins bons. Les causes qui peuvent déclencher ces phobies sont multiples, et ne sont pas forcément directement liées à l’école. Et si certaines sont facilement identifiées, comme le harcèlement scolaire , la crainte des mauvaises notes ou la peur de l’abandon chez les tout-petits, d’autres facteurs de stress peuvent intervenir.

Comment savoir si mon enfant est concerné par la phobie scolaire ?

Vous avez l’impression que votre enfant, ou qu’un enfant de votre entourage ne va pas bien ? Que lorsque le sujet de l’école est abordé, son comportement change subitement ?

La première étape de la détection de la phobie réside dans le dialogue. En communiquant avec l’enfant, vous pourrez détecter des signes qui laissent comprendre le potentiel mal-être, même si sa verbalisation est souvent difficile pour les plus jeunes.

D’autres symptômes existent, et selon les enfants, la phobie scolaire peut prendre différentes formes : vomissements, maux de ventre, perte d’appétit, troubles du sommeil, crises d’angoisse ou de spasmophilie, retards et absentéismes constatés à l’établissement scolaire.

Phobie scolaire : comment la surmonter ?

Face aux premières manifestations de symptômes ou de mal-être pouvant s’apparenter à une phobie scolaire, c’est, au-delà des parents, l’ensemble des adultes autour de l’enfant qui doivent se mobiliser rapidement : enseignants, personnels scolaires, médecins, encadrants de clubs sportifs ou d’activités extrascolaires si l’enfant y participe.

Une fois le problème identifié, il est important d’établir un dialogue avec son enfant et de lui demander ce qu’il ressent, pour comprendre ce que ressent l’enfant et pouvoir réagir en conséquence. L’important est ici de laisser l’enfant verbaliser le mal-être, afin de mieux comprendre les causes de stress et ses intentions, sans le bombarder de questions pour ne pas augmenter son anxiété.

De plus, un travail collectif est à mener le plus tôt possible entre les parents, l’enfant et l’équipe pédagogique pour prendre les mesures nécessaires à l’amélioration de la situation de l’enfant.

Enfin, s’il s’agit de troubles anxieux, un rendez-vous chez un psychologue ou un pédopsychiatre est indiqué, afin d’évaluer au mieux la situation et prendre toutes les mesures nécessaires.. Parfois, une ou deux consultations peuvent même suffire à régler la situation et préparer l’enfant à retourner à l’école en toute confiance.

Source

(1) La phobie scolaire : symptôme polymorphe, multifactoriel, sans cause et prise en charge unique | Association Phobie scolaire.