MAIF, Assureur Militant

Solutions éducatives
-

Par thématique

Changer le regard sur le handicap
Keski Jeunesse, un jeu pédagogique de sensibilisation au handicap pour les enseignants de lycées.

Un support pédagogique et ludique mis à disposition par la MAIF


Un jeu à pratiquer en classe, d’une durée d'1 h à 1/2 journée selon le type d’animation choisie par l’enseignant.
En amont du jeu, pendant et après : des prises de notes pour échanger sur le changement de regard. Tous les types de handicaps sont abordés (handicap visuel, auditif, moteur, intellectuel) ainsi que les maladies invalidantes.

  • 2010 : Prix de l’APAJH - VAR (Association pour Adultes et Jeunes Handicapés)
  • 2011 : Prix de l’entreprise innovante - CCI Versailles
  • Pour emprunter un jeu Keski Jeunesse, merci de vous adresser à l'équipe militante MAIF de votre secteur.

À l’intérieur :
Un tapis de jeu avec un circuit, du matériel : des bandeaux pour se couvrir les yeux, un casque pour ne plus entendre, un système d’atèle pour bloquer des doigts...
Des cartes de questions réponses permettant des moments d’échange avec l’animateur et des mises en situation, des défis (exemple : " suite à un choc émotionnel, vous avez perdu l’usage de la parole. Vous ne pouvez communiquer avec les autres joueurs que par signes ou mimiques pendant 3 tours ").

Pour les lycéens à partir de 15 ans


Un jeu pour faire évoluer le regard sur le handicap et développer des attitudes plus justes en adéquation avec les attentes et les besoins des personnes en situation de handicap.

  • Qu’est-ce qui fait que cette personne handicapée se trouve exclue ? Les maladresses des autres, leurs incompréhensions des impacts du handicap...
  • Qu’est-ce qui peut donner des clés de compréhension sur la différence ? Une meilleure connaissance du handicap, au niveau intellectuel, émotionnel et corporel.
  • Qu’est-ce qui peut permettre d’ouvrir de nouveaux possibles dans la relation ? Au-delà des
    clés de compréhension, une réelle réflexion sur les attitudes facilitant la relation et intégrant la différence.
  • Qu’est-ce qui peut permettre de sensibiliser les jeunes sur un sujet délicat voire tabou ?
    Une approche ludique intégrant les trois dimensions de l’individu Tête, Cœur et Corps.

Les lois imposant la prise en compte du handicap ne suffisent pas à changer le regard sur le handicap. Or du regard de chacun sur le handicap dépend la réussite de la prise en compte des personnes handicapées dans la société.

La MAIF soutient la diffusion du jeu keski Jeunesse conçu pour mieux faire connaître aux lycéens les situations de handicap et leurs impacts dans la vie quotidienne. En tant qu'assureur -issu du corps enseignant et agissant aux côtés des professionnels de l'éducation et des parents- la MAIF est convaincue d'une chose : favoriser l'accès à l'éducation pour tous est la meilleure façon de construire une société sans discrimination.

" L’utilisation d’une approche ludique dédramatise les sujets graves, délicats ou tabous. Elle facilite l’appropriation de nouvelles clés de compréhension et permet une confrontation constructive qui invite à la remise en question de ses attitudes et comportements " Benoît Carpier, créateur du jeu.

Éclairage sur la fabrication du jeu


Keski est fabriqué en France en collaboration avec un ESAT (Etablissement et Service d’Aide par le Travail) à Paris, un ESTHI (Établissement Social de Travail et d'Hébergement) à GRENOBLE, une entreprise adaptée à ALBI et un nouvel ESAT à ANDRESY (78).

Parmi les activités proposées aux entreprises comme aux particuliers, les travailleurs de l’ESAT JC BONNET font : Reprographie, Brochage, Encartage, Façonnage, Mise sous plis, Mailing, Routage. De plus ils participent à des actions de sensibilisation dans des institutions et des entreprises en apportant leur concours : organisation de petits déjeuners, stand de produits réalisés par des ESAT, distribution de documents...

L’ESAT JC BONNET permet progressivement aux travailleurs d’effectuer des missions de type intérimaires dans les entreprises dans le cadre de leur parcours individualisé de réinsertion. Le succès intervient lorsque l’entreprise propose un contrat CDI au travailleur handicapé.

Au-delà de l’activité professionnelle que cela leur procure, les outils Keski apportent aux personnes handicapées qui les fabriquent une reconnaissance et une ouverture à d’autres formes de handicaps, ce qui continue de nous étonner.

Trois questions à Benoit Carpier, créateur du jeu KESKI Jeunesse


Benoit Carpier

Éducateur spécialisé puis formateur et consultant en ressources humaines, s’est investi, depuis 30 ans, au service de la formation, de la recherche en pédagogie et du développement d’approches ludiques favorisant l’apprentissage par l’expérience. Concepteur d’outils pédagogiques sous la marque KESKI, il a participé à la demande de la MAIF à des Rencontres extra ordinaires.

Pourquoi vous intéressez-vous à la sensibilisation au handicap et plus particulièrement à la scolarisation des enfants handicapés ?

Avec 12 années d’expérience comme éducateur spécialisé et plus de 20 ans comme formateur, j’ai pu observer que les mécanismes d’exclusion des personnes adultes et jeunes handicapées sont créés progressivement à partir d’une accumulation de maladresses dans la relation Handicapés / Valides. Celles-ci sont l’expression d’a priori, de représentations et de croyances fondées sur une profonde méconnaissance des handicaps et de leurs impacts dans la vie quotidienne. La bonne solution est de donner des clés de compréhension. Et il n’y a pas de levier démultiplicateur plus efficace que d’éveiller les consciences des jeunes et d’ouvrir des possibles dans les relations entre handicapés et valides.

Pourquoi une approche ludique pour sensibiliser au handicap ?

L’approche ludique est particulièrement indiquée pour des sujets lourds, délicats ou tabous. Grâce à l’ajout de simulations, elle offre un mode d’apprentissage basé sur l’expérience. Les joueurs se confrontent au cours du jeu aux concepts et aux problèmes dans l’action, ils apprennent ainsi à 3 niveaux : Tête, connaissance – Cœur vécu émotionnel – Corps, actions concrètes, en étant au centre du processus d’apprentissage. Le jeu est un médiateur qui respecte le rythme de chacun et constitue un levier de motivation où chacun a à cœur de progresser pour gagner. Enfin l’approche ludique permet la prise de risque sans risques, l’erreur y est autorisée ou même encouragée.

Quel est le processus pédagogique en jeu ?

Le processus pédagogique développé dans les jeux de sensibilisation KESKI a comme point de départ les a priori et représentations. Intervient ensuite la phase d’acquisition de connaissances, suivie par des expérimentations et des mises en situation, seul ou à plusieurs (la confrontation ludique en équipe agit en terme de renforcement positif). Enfin pour boucler le processus, un temps de réflexion individuelle puis d’échange au sein du groupe de joueurs sur les attitudes adaptées. L’enjeu est bien le changement de regard qui va permettre l’intégration de nouveaux comportements pour faciliter la relation entre handicaps et valides.