Assurance vie ou PEL : quel placement choisir ?

07/2018 - Mis à jour le 20/07/2018 par Nicolas.F

La nouvelle loi finances de 2018 a impacté certains placements, dont l’assurance vie et le PEL (Plan Epargne Logement). Quelles sont les caractéristiques de ces placements et lequel choisir en fonction de vos objectifs ?

PEL ou assurance vie

Pourquoi ouvrir une assurance vie ou un PEL ?

Souscrire à un contrat d’assurance vie permet de répondre à divers objectifs :
  • C’est un bon moyen de se constituer une épargne, mais aussi de la faire fructifier.
  • L’assurance vie peut aider à se créer un complément de retraite ou de revenus.
  • Elle peut faciliter la transmission d’un patrimoine.
Bon à savoir : en 2017, 131,5 milliards d’euros ont été versés sur des contrats d’assurance vie d’après la Fédération française de l’assurance.
 
Le plan épargne logement, ou PEL, permet : 
  • de se constituer une épargne avec un taux de rémunération connu dès l’ouverture ;
  • d’obtenir un prêt épargne logement pour l’acquisition de sa résidence principale.

Avantages de l’assurance vie et du PEL

Les contrats d’assurance vie possèdent de nombreux atouts :
  • Les capitaux transmis via une assurance vie restent hors succession. Un abattement des droits de succession de 152 500 € par bénéficiaire est prévu, sans limite de plafond si le bénéficiaire est un époux ou un partenaire de Pacs et si les primes sont versées avant 70 ans.
  • Les intérêts produits par le capital investi sur une assurance vie ne sont pas imposables à l’impôt sur le revenu (sauf en cas de rachat de votre contrat).
  • La fiscalité sur les rachats d’assurance vie est avantageuse à partir de 8 ans de vie du contrat.
  • Les taux de rémunération d’un contrat d’assurance vie sont plus élevés que celui du PEL : 1,93 % en moyenne en 2016 d’après l’ACPR.
  • Vous pouvez ouvrir le nombre de contrats d’assurance vie que vous souhaitez.
Le PEL se distingue aussi par des avantages qui lui sont propres :
  • Une rémunération connue dès la souscription et qui est valable toute la durée de vie du PEL (maxi 15 ans).
  • Une épargne dite « moyen terme ». Une alternative entre les livrets et l’assurance vie.  Durée minimale 4 ans.
  • Quand vous ouvrez un PEL, le taux auquel vous pourrez emprunter dans 4 ans est figé, permettant de se protéger d’une évolution défavorable des taux.

Quels sont les limites de l’assurance vie et du PEL ?

Notons tout de même quelques limites à l’assurance vie :
  • Même s’il reste plus élevé que celui du PEL, le rendement des contrats d’assurance vie est à la baisse depuis plusieurs années.
  • L’assurance vie comporte des frais de gestion, d’entrée et de sortie des fonds, variables selon les contrats.
Quelques réserves sont également à relever pour le PEL :
  • Son taux de rémunération actuel : 1 % brut (depuis le 1er août 2016), soit 0.70 % net après application de la fiscalité. Un taux net inférieur au taux de rémunération du livret A.
  • Il n’est possible d’ouvrir qu’un seul PEL par personne.
  • Une fois le plafond de 61 200 € atteint (hors intérêts), on ne peut plus mettre d’argent dessus.
  • Un droit à prêt limité. Pour obtenir des droits à prêts intéressants l’effort d’épargne doit être significatif. 
  • Un droit à prêt peu avantageux. Actuellement les taux des prêts immobiliers pour l’acquisition d’une résidence principale sont très bas.
  • Un versement initial minimum de 225 € et des versements mensuels minimums de 45 €.
  • Un retrait entraîne la clôture du PEL (pas de rachat possible).

Quel est l’impact des nouvelles réformes fiscales sur l’assurance vie et le PEL ?

La nouvelle loi finances a eu des répercussions sur la fiscalité de l’assurance, notamment avec l’apparition de la flat tax. Concrètement pour les contrats d’assurance vie de moins de 8 ans :
  • Pour les versements réalisés avant le 27/09/2017 : le prélèvement forfaitaire est de 35 % pour les contrats de moins de 4 ans, et de 15 % pour les contrats ouverts depuis 4 à 8 ans.
  • Pour les versements réalisés après le 27/09/2017 : prévoir un prélèvement forfaitaire (PFU) de 12,8 % ;
Pour les contrats de plus de 8 ans : prévoir un prélèvement forfaitaire unique de 7,5 % après un abattement de 4600 € pour une personne seule ou de 9200 € pour un couple.
 
A noter : les prélèvements sociaux sont de 17,2 % sur tous les produits d’assurance vie,  quelque soit la date à laquelle les versements ont été effectués. 
D’autres mesures fiscales impactent l’assurance vie :
  • La loi Sapin (2016) : elle prévoit le blocage de certaines opérations sur votre assurance vie par le Haut Conseil de Stabilité Financière, dans des situations exceptionnelles de type crise financière.
La réforme fiscale d’Emmanuel Macron a également eu plusieurs conséquences sur le PEL :
  • La prime d’Etat a été supprimée, pour les PEL ouverts à partir du 1er janvier 2018.
  • Les intérêts des PEL ouverts en 2018 sont fiscalisés : ils sont à la fois soumis à l’impôt sur le revenu (taux forfaitaire obligatoire de 12,8 % ou barème progressif de l’impôt sur le revenu), et aux prélèvements sociaux de 17.2 %.
Bon à savoir : les intérêts produits par les PEL ouverts avant 2018 sont exonérés d’impôt sur le revenu, mais soumis aux prélèvements sociaux.
Les + MAIF
  • Un compartiment en euros garanti solidaire
  • Un soutien apporté à une cause solidaire
  • Une contribution à l'économie responsable et solidaire