MAIF, Assureur Militant

MAIF pour une société collaborative
-

Partenariats et Mécénats

Florian Viel, lauréat de la 8ème édition du Prix MAIF pour la Scupture

Le 8ème Prix MAIF pour la Sculpture a été remis à l’artiste Florian Viel (25 ans), pour son projet Sculpture pour fenêtre ou sculpture pour observer discrètement la piscine de ses voisins lors d’une cérémonie organisée au Palais de Tokyo, en présence du jury et des artistes nominés.

Sculpture pour fenêtre ou sculpture pour observer discrètement la piscine de ses voisins, 2015
Dimensions de l'œuvre : 90 x 170x 4 cm (socle non compris)
© Olivier Moritz


Son projet sera réalisé en bronze, en deux exemplaires, au cours des prochains mois, une expérience enrichissante pour l’artiste qui souhaitait se confronter pour la première fois à la pratique de ce matériau séculaire.

Pour rappel, cinq projets avaient été sélectionnées au mois de juin dernier par le jury : ceux de Jennifer Caubet, Sebastien Gschwind, Emma Marion, Nathalie Novain + Benoît Piéron et Florian Viel. Autant d’artistes qui s’étaient appropriés le bronze, matériau traditionnel par excellence, afin d’en proposer une relecture actuelle et des réalisations personnelles contemporaines.

Florian Viel
Né en 1990 à Bayeux. Vit et travaille à Paris.
Florian Viel a étudié à l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts du Mans et à celle de Paris ainsi qu’à la CalArts à Los Angeles. En 2014, il crée le Bureau d’Études Tropicool avec Jonathan Chauveau. Depuis 2011, il participe à plusieurs expositions collectives au Salon Jeune Création au 104 à Paris, à la Galerie Patricia Dorfmann à Paris ou encore à la Biennale du Dessin à la Cité Internationale des Arts de Paris. En octobre 2015, son travail sera montré dans l’exposition Le soleil se lève et se couche sans obstacle à la chapelle du Quartier Haut à Sète.



Florian Viel partage et fixe un instant les beautés indicibles et les moments futiles que l’on peut observer par la fenêtre, caché derrière un store. Ce projet trouve sa genèse dans l’expérience vécue par l’artiste, qui, après avoir installé un store vénitien dans plusieurs endroits où il a séjourné, a constaté une modification de sa perception alors que son corps restait dans un univers familier. Attitude critique autant qu’humoristique, il est ici question du songe, du fantasme, et du désir voyeur - assumé ou non - du spectateur camouflé face à la réalité. Proche d’une imagerie exotique, ce projet est aussi inspiré par le roman " La Jalousie " d'Alain Robbe-Grillet. Florian Viel invite le regardeur à participer au spectacle des coulisses à travers sa sculpture à la forme d’un store vénitien. " Une fiction permet de saisir la réalité en même temps qu’elle se cache ", selon l’artiste. Le store existera grâce au bronze. Une lamelle sera reproduite, dupliquée, multipliée pour s’insérer dans la structure qui fusionne le domaine industriel et l’artisanat, la reproduction mécanique et la liberté d’une étincelle. La tête et le lestage seront aussi moulés et coulés tandis que les parties techniques feront confiance à la minutie des assembleurs. Le tout prendra place dans un espace partagé par les flâneurs, les personnes qui prennent le temps de regarder. À l’intérieur, le store en bronze sera installé comme un store industriel, au-dessus d’une fenêtre. Alors qu’en extérieur, il sera installé sur une fenêtre en métal créée de toute pièce et fixée dans le sol.