MAIF, Assureur Militant

MAIF pour une société collaborative
-

Partenariats et Mécénats

Les nominés 2009

En 2009, le jury a choisi 5 nominés parmi plus de 100 dossiers reçus. Il a récompensé des artistes émergents qui proposaient un traitement original, contemporain et pertinent du bronze.

À travers son projet " Le Pouce VF (Version Femme) ", Zoulikha Bouabdellah nuance la définition de la sculpture. Comme l'œuvre de César à laquelle le projet fait référence, la sculpture représente ici l'identité de l'artiste, par la forme de son pouce, par les origines qu'il évoque, et par sa force symbolique, dans un monde où la lutte pour l'égalité des femmes et des hommes n'est pas terminée. Selon ses propres termes, c'est un " coup de poing [aux] espaces prédéfinis ", en même temps qu'un hommage à la douceur.

Dimensions de l'œuvre : Hauteur : entre 200 et 250 cm (modèle en cours de réalisation)

Zoulikha Bouabdellah fait partie de cette jeune génération de plasticiens qui travaillent indifféremment la photographie, la vidéo, le dessin ou les installations. Elle aime définir son travail comme l'envie de donner " une vision différente et plus dynamique du monde dans lequel nous vivons ". Elle transgresse les normes établies, mais sans aucune violence. Chaque transgression doit rester constructive, douce, conceptuelle, elle souhaite renouer les liens entre concept et représentation figurative.




Dans son projet " Ni joie ni peine, ni même l'ennui. Il se demande s'il existe encore, s'il existe vraiment ", un lapin est posé sur un tabouret, lui-même calé sur un buffet plus gros que lui. L'animal présente ses traits grossis comme un aveu d'impuissance et d'incompréhension. Pleine d'humour et de gravité, la pièce pourrait être un ready-made, ce que la perspective du bronze s'empresserait de démentir aussitôt. C'est peut-être cette contradiction qui est cherchée par l'artiste, dans un projet où la verticalité, pourtant composée d'éléments très divers et apparemment fragiles, parviennent à créer un sentiment de monumentalité.
Donner la force et la pérennité du bronze à ce lapin en plein désarroi, tel semble être la volonté drôle et ambitieuse de Corinne Marchetti dans son travail du volume tout en équilibre.

Dimensions de l'œuvre : 170x60x60 cm

Corinne Marchetti est céramiste, sculpteur, pratique le dessin, la broderie, et tout ce qui pourrait définir un plasticien contemporain. Son œuvre se développe entre le souci formel de ses réalisations et le caractère volontairement anodin de ses sources d'inspiration : dessins sur un coin de table, blagues potaches qui deviennent marques de fabrique, minuscules événements qui finissent par amener une réflexion plus générale sur l'identité, son importance, sa perte ponctuelle... Pour saisir le sens de l'œuvre de Corinne Marchetti, le titre du projet présenté au Prix MAIF suffit.




Son projet " La dernière capsule temporelle " nous invite à réfléchir sur l'avenir de l'espèce humaine, utilisant l'abeille comme outil et comme métaphore. Avec la construction d'une ruche en bronze, capable d'abriter une colonie d'abeilles, il offre un abri aux générations futures, en même temps qu'une réflexion sur les parallèles saisissants entre la survie des hommes et celle des insectes (biodiversité en danger, patrimoine génétique changeant, etc.). Une fois moulée, la ruche ne pourra plus être ouverte par la main de l'homme et laissera ainsi la colonie d'abeilles, qui s'y sera installée, à l'abri de l'activité humaine. À méditer...

Dimensions de l'œuvre : 110 x 80 x 80 cm

Peintre à ses débuts, Thomas Monin travaille aujourd'hui sur divers supports : photographie, dessin, installations, etc. Les problématiques qu'il aborde sont importantes, souvent liées à la métaphysique, à la perpétuation de l'espèce en contradiction avec la nature autodestructrice de l'homme…




Problématique à la fois artistique et sociétale, le projet de Jeanne Susplugas " Pharmacie gazon " a su se faire remarquer pour son inscription dans un projet artistique d'ensemble. Depuis 2006, l'artiste travaille sur une série de portraits intitulée Sales woman, de femmes africaines portant des bassines remplies de médicaments sur la tête. En Afrique, ces commerces sont appelés pharmacies " gazon " ou encore pharmacies " par terre ". Cette série est actuellement présentée sur un mur couleur bronze au musée de Sérignan dans sa dernière exposition Comic strip. L'artiste souhaite aller au bout de sa logique créative, avec l'aide de la MAIF, en fondant l'une de ces bassines en bronze. Matériau noble qui symbolise les pays riches, principaux producteurs et consommateurs de médicaments.

Dimensions de l'œuvre : Hauteur : 55 cm. Diamètre : 44 cm

Jeanne Susplugas est une artiste éminemment pluridisciplinaire. Elle travaille la photographie sous toutes ses formes, le dessin, les installations et la vidéo. Son travail tourne essentiellement autour du médicament et de toutes les réflexions politiques et sociales qu'il engendre. Fille de pharmaciens, elle consacre depuis trois ans une série d'œuvres au trafic de médicaments, allant du deal de coin de rue (Speedy deal, 2008) aux imports-exports ou aux destructions massives de produits pharmaceutiques (Mass destruction, 2008).




Sa réalisation en résine de " héros anonymes " est une réflexion a priori conceptuelle. Son œuvre " La jeune fille face à la police militaire " a été réalisée sur la base d'une photographie célèbre prise pendant une manifestation anti-Vietnam aux Etats-Unis, et sur laquelle une inconnue tend une fleur aux soldats venus s'interposer devant le groupe de manifestants.
À faire le tour de la pièce, une surprise absorbe le regard : comme un aveu de connaissance superficielle, comme un rappel que la force de la photographie est souvent trompeuse, la sculpture est vide, creuse, cantonnée aux deux dimensions que la photo permet de percevoir. En sacralisant une image par une " demi sculpture en bronze ", Brigitte Zieger propose un volume intéressant au symbolisme fort, amenant à repenser la photographie dans un cadre historiographique, et à juger de sa place dans l'histoire des monuments contemporains.

Dimensions de l'œuvre : Hauteur 160 cm

Brigitte Zieger travaille les volumes depuis peu. Essentiellement dédiée à la vidéo et aux installations, l'œuvre de Brigitte Zieger interroge le plus souvent l'idée de monument, l'approche du fait historique dans la société d'image. À quoi et à quel titre accorde-t-on le statut de monument ? Artiste pluridisciplinaire, elle expérimente depuis peu des nouvelles formes de créations, comme la sculpture en différents matériaux, ses " dessins d'explosion " réalisés à l'ombre à paupière scintillante ou des portraits féminins dessinés à la hache sur un mur..




Article suivant : Le jury 2009