MAIF, Assureur Militant

MAIF pour une société collaborative
-

Partage de la connaissance

Trois questions à... Benoît Carpier

Benoit Carpier

Benoît Carpier, éducateur spécialisé puis formateur et consultant en ressources humaines, s’est investi, depuis 30 ans, au service de la formation, de la recherche en pédagogie et du développement d’approches ludiques favorisant l’apprentissage par l’expérience. Concepteur d’outils pédagogiques sous la marque KESKI, il a participé à la demande de la MAIF à des Rencontres extra ordinaires. .

Pourquoi vous intéressez-vous à la sensibilisation au handicap et plus particulièrement à la scolarisation des enfants handicapés ?

Avec 12 années d’expérience comme éducateur spécialisé et plus de 20 ans comme formateur, j’ai pu observer que les mécanismes d’exclusion des personnes adultes et jeunes handicapées sont créés progressivement à partir d’une accumulation de maladresses dans la relation Handicapés / Valides. Celles-ci sont l’expression d’a priori, de représentations et de croyances fondées sur une profonde méconnaissance des handicaps et de leurs impacts dans la vie quotidienne. La bonne solution est de donner des clés de compréhension. Et il n’y a pas de levier démultiplicateur plus efficace que d’éveiller les consciences des jeunes et d’ouvrir des possibles dans les relations entre handicapés et valides.

Pourquoi une approche ludique pour sensibiliser au handicap ?

L’approche ludique est particulièrement indiquée pour des sujets lourds, délicats ou tabous. Grâce à l’ajout de simulations, elle offre un mode d’apprentissage basé sur l’expérience. Les joueurs se confrontent au cours du jeu aux concepts et aux problèmes dans l’action, ils apprennent ainsi à 3 niveaux : Tête, connaissance – Cœur vécu émotionnel – Corps, actions concrètes, en étant au centre du processus d’apprentissage. Le jeu est un médiateur qui respecte le rythme de chacun et constitue un levier de motivation où chacun a à cœur de progresser pour gagner. Enfin l’approche ludique permet la prise de risque sans risques, l’erreur y est autorisée ou même encouragée.

Quel est le processus pédagogique en jeu ?

Le processus pédagogique développé dans les jeux de sensibilisation KESKI a comme point de départ les a priori et représentations. Intervient ensuite la phase d’acquisition de connaissances, suivie par des expérimentations et des mises en situation, seul ou à plusieurs (la confrontation ludique en équipe agit en terme de renforcement positif). Enfin pour boucler le processus, un temps de réflexion individuelle puis d’échange au sein du groupe de joueurs sur les attitudes adaptées. L’enjeu est bien le changement de regard qui va permettre l’intégration de nouveaux comportements pour faciliter la relation entre handicaps et valides.