MAIF, Assureur Militant

MAIF pour une société collaborative
-

Partage de la connaissance

Trois questions à... Axel Kahn

Axel Khan Figure charismatique, Axel Kahn est connu pour ses prises de positions sur bon nombre de sujets ayant trait à l’éthique et la philosophie. Généticien, Directeur de recherche à l’INSERM, essayiste, ancien président de l’Université Paris Descartes, entre autres. Nous nous intéressons ce mois-ci à ses actions en faveur des personnes handicapées avec la FIRAH qu’il préside, fondation dont la MAIF est membre du Conseil d’Administration.

Pouvez-vous nous présenter la FIRAH (Fondation Internationale de recherche Appliquée sur le Handicap)?

Les personnes handicapées sont des individus comme vous et moi, limitées par des contraintes. Elles sont donc en droit d’attendre qu’on leur permette d’être libres. Toute déficience peut et doit être surmontée. Les enjeux sont considérables puisque un être humain sur dix dans le monde vit avec un handicap. Des études effectuées dans notre pays montrent qu’un Français sur trois est directement ou indirectement confronté à cette situation. Nous sommes tous concernés. Pour cela beaucoup de chantiers sont à mettre en place. À commencer par le regard que porte la société, certains collègues, certains voisins. Tout ceci fait que bien souvent des femmes et des hommes sont doublement défavorisés. Elles ont le poids de leur déficience et endossent en plus la charge du regard d’autrui.
Il est primordial de développer l’accueil et l’apport spécifique que l’on réserve aux personnes handicapées. Assez souvent, s’occuper d’individus dans cette situation est un facteur de rapprochement et de dynamisation du tissu social. Il s’agit là d’un bénéfice pour stimuler une équipe. Ensuite, il est important de s’attaquer à la question de la dépendance. Il n’existe pour le moment que deux solutions pour la prise en compte des personnes handicapées : les institutions spécialisées ou les aidants. Le problème de ces derniers, est qu’ils entrent à leur tour dans une situation de handicap. Voilà pourquoi je milite activement en faveur d’une action concertée autour du développement de l’accompagnement à domicile.

 

Quels sont les enjeux, pour les citoyens, de la prise en charge des personnes handicapées selon vous ?

J’ai le sentiment que ça leur apporte une plus grande confiance et une certaine autonomie. Avant PHARES, certains ne s’imaginaient pas obtenir leur bac et mener des études supérieures. L’aide à l’orientation est un véritable appui, qui rassure beaucoup de jeunes. Je pense aussi qu’ils comprennent que leur handicap n’est pas un barrage à leur succès personnel. Ils sont aussi confrontés à un autre point de vue concernant leur situation et sont très touchés du fait que de jeunes adultes puissent être soucieux de leur personnalité et de leur potentiel.

 

Un mot sur votre collaboration avec la MAIF ?

La mutuelle est Membre du Conseil d’Administration. Elle fait partie des " Amis de la Fondation ". C’est à dire que nous la sollicitons en ce qui concerne nos actions. Elle participe aux choix des sujets, apporte un soutien à notre communication et à notre diffusion. Elle partage nos forces et nos valeurs. En un mot, il s’agit d’un allié tout à fait précieux !