Santé psychique
Le dépistage des troubles de l'apprentissage chez l'enfant
Partage : 
 Le dépistage des troubles de l'apprentissage chez l'enfant

Selon les chiffres du Ministère de la Santé et des Sports, près de 20 % des enfants présentent des difficultés scolaires. Les causes en sont multiples. Parmi elles, les troubles spécifiques des apprentissages. Souvent méconnus, ils concerneraient au moins 5 à 6 % des tout petits, soit un élève par classe.

Les médecins interrogés sont unanimes : " les troubles que nous évoquons ne sont pas liés à l'intelligence. Ils résultent de problèmes au niveau du centre de commande du corps, à savoir le cerveau ". L’enseignement de l’alphabet, de la lecture, du calcul, de l’écriture et de l’orthographe marque à jamais. Et c’est bien naturel car toutes ces disciplines sont des bases fondamentales ! Néanmoins, cet apprentissage n’est malheureusement pas naturel, mais résulte d’actions pédagogiques. Il constitue les objectifs prioritaires des premières années de scolarité. Les problèmes se caractérisent par un dysfonctionnement dans le processus d’acquisition des connaissances. Plusieurs indices permettent de dépister ces manifestations chez un jeune élève.

Quelques indices

La Société Française de Pédiatrie a publié en avril 2009, une étude très détaillée permettant de déceler les premiers signes de mal fonctionnement chez les plus jeunes. Selon les observations des spécialistes, plusieurs alertes annonciatrices existent : un comportement passif, un enfant trop attaché à sa mère, incapable de supporter la comparaison ou la compétition ainsi que toute forme de rivalité, peuvent-être alertant.

Autre caractéristique, l’inhibition : des enfants trop sages, repliés sur eux-mêmes, et qui manifestent, ou des douleurs locales ressenties au niveau de la boîte crânienne, ou une sensation de fatigue. Il arrive également que des tout petits n’aient aucune attirance pour tout ce qui touche à la connaissance. Ils s’ennuient et ne font plus attention à rien.

Les comportements angoissés, ou phobiques à l’idée de se rendre à l’école -sur le long terme - sont à surveiller. Les troubles peuvent également se manifester par le doute constant des tout petits. Ces derniers vérifient de façon presque rituelle, chaque tâche effectuée.

Ces symptômes sont à examiner de près. Ils sont fréquemment sources de souffrance psychologique, d’anxiété, de fatigue, voire de dépression. Ils conduisent au désinvestissement progressif des jeunes élèves. Dans tous les cas, il est essentiel d’agir vite et avec justesse.

Adopter le bon comportement

Enseignante depuis plus de 5 ans dans une école primaire du nord de Paris, Sarah est habituée à ces cas de figures : " Tous ces écoliers ont besoin d’être rassurés, informés et soutenus, car leurs difficultés retentissent sur la confiance et l’estime qu’ils ont d’eux-mêmes " affirme t-elle. Selon cette institutrice parisienne, il est primordial d’accorder du temps supplémentaire face à cette forme d’inadaptation scolaire : " Sans jamais les marginaliser aux yeux de leur camarade, je leur demande d’expliquer la réalisation de leurs tâches ainsi que de justifier leurs procédures ", précise t-elle.

Le rapport de la Société Française de Pédiatrie abonde en ce sens. Selon les spécialistes, les élèves présentant des troubles, ont besoin d’être rassurés. Il est important de les stimuler dans le calme, parce qu’ils craignent le bruit et l’agitation quand ils travaillent. Ils ont également besoin d’informations simples, si possible données les unes après les autres. Enfin il est recommandé de les aider à s’organiser dans leur méthode de travail. Il ne faut pas hésiter à avoir recours à des procédés répétitifs, comme des repères visuels de couleur par exemple, des pancartes, des affichages… tout en favorisant, bien sûr l’expression orale.

Comment agir ?

Si l’enseignant remarque qu’un élève présente des difficultés, il est important d’agir vite. La meilleure solution est de procéder à une vérification par d’autres collègues et le chef d’établissement. Par la suite, l'élève est vu par le médecin PMI (pour les petite et moyenne sections), ou par le médecin scolaire, à partir de la grande section. Ce dernier pourra analyser la situation du point de vue scolaire et déclencher une évaluation psychologique.

Le médecin de famille est tenu au courant des suites à donner. Il est important et nécessaire d’impliquer les parents. Ils seront orientés par le médecin vers des spécialistes, qui eux seuls sont habilités à poser un diagnostic précis.

En ce qui concerne la prise en charge, elle dépend de la nature et de l’intensité du trouble. L’orthophonie est toujours impliquée lorsqu’il s’agit de troubles spécifiques du langage. Enfin, n’oublions pas que le comportement des adultes proches, dont le professeur des écoles fait partie, est capital pour une bonne évolution de l’enfant.