Conseils et prévention
Le monoxyde de carbone : un gaz inodore et incolore
Partage : 
Chauffages défectueux : alerte au monoxyde de carbone

Chaque hiver en France, le dysfonctionnement d'appareils de chauffage, couplé à un manque d'aération, est à l'origine de fuites fatales de monoxyde de carbone. Ce gaz mortel est ainsi responsable d’une centaine de décès et de nombreux enfants sont hospitalisés dans un état grave. Chacun doit donc rester attentif aux mesures élémentaires de prévention.


Le monoxyde de carbone

  • Le monoxyde de carbone (ou CO) est issu de la combustion incomplète d’énergies inflammables : mazout, bois, charbon, gaz naturel, propane ou butane, kérosène
  • Tout appareil (cuisinière, chaudière, chauffe-eau, groupe électrogène, poêle, cheminée...) utilisé en atmosphère confinée ou dans un local exigu, ou défectueux, est donc extrêmement dangereux.

Attention danger 
  • Inodore, incolore, sans saveur et de densité proche de l'air, le CO est quasiment impossible à déceler par l’homme, d’où son surnom de « tueur silencieux ».
  • Il se disperse uniformément dans l'atmosphère et agit comme un gaz asphyxiant : 230 fois plus avide d'hémoglobine que l'oxygène.
  • Une toute petite quantité de CO dans l'air ambiant se lie donc rapidement aux globules rouges à la place de l'oxygène, empêchant l’oxygénation du cerveau, puis des autres organes. 1 % de CO dans l’air tue ainsi en 15 min !

Quels sont les effets en cas d'intoxication ?

Le monoxyde de carbone est un gaz très toxique qui prend la place de l’oxygène dans le sang. Les victimes asphyxiées « de l’intérieur » par manque d’oxygène peuvent perdre rapidement connaissance. Même conscientes, dans la plupart des cas, les victimes sont incapables de fuir car incapables de réagir correctement.

Les premiers symptômes
Trompeuse, l'intoxication au CO provoque de multiples symptômes, parfois même le coma d'emblée, entraînant un décès rapide faute d’intervention. Faute d’avoir toujours un canari à proximité – comme les mineurs d’autrefois – pour détecter la fuite, il faut être attentif aux premiers signes d'alerte :
  • mal de tête brutal,
  • nausées,
  • vomissements – surtout en collectivités (écoles, réfectoires, ateliers, salles de bains...), le risque étant de croire à tort à une intoxication alimentaire,
  • malaise,
  • vertige,
  • faiblesse musculaire ou grande fatigue, 
  • troubles du comportement, 
  • bourdonnements d'oreille ou coloration carmin de la peau doivent aussi attirer l’attention.

Attention !

Ne pas attendre des difficultés respiratoires pour réagir, elles peuvent être tardives ou même absentes...

Que faire en cas d'intoxication ?

  • Évacuer la victime du local en prenant soin de ne pas respirer soi-même dans la pièce : un taux très élevé de CO peut entraîner un coma brutal.
  • Aérer la pièce et si possible arrêter l'appareil en cause.
  • Appeler les secours : le 15 ou le 112 (numéro d'urgence européen), même si la ou les victimes ne se plaignent que d'un banal mal de tête, a priori insignifiant.
  • Consulter systématiquement un médecin. En effet, on constate souvent une brutale aggravation plusieurs jours après une intoxication jugée bénigne. Toute exposition supposée ou avérée doit donc être suivie d'examens, d’analyses et d'une surveillance hospitalière minimum.
  • Le traitement : administrer de l’oxygène sous forte pression dans un caisson hyperbare, pour éliminer le CO fixé sur l'hémoglobine.

Quelles sont les causes ?

Un mauvais fonctionnement ou un entretien insuffisant des appareils de chauffage et de production d’eau chaude utilisant un combustible peut entrainer un accident oxycarboné. De manière générale, c’est le concours de plusieurs facteurs qui contribue à la production de monoxyde de carbone.

Les principaux facteurs sont :
  • Des défauts d’installation sur les équipements,
  • Une aération insuffisante des locaux habités voire l’obstruction des dispositifs de ventilation,
  • Un mauvais entretien ou l’absence d’entretien des installations,
  • L’obstruction d’un conduit de fumée,
  • Des chauffages d’appoint utilisés comme chauffage principal.

Se prémunir du monoxyde de carbone

  • Ventiler les pièces fréquemment et ne jamais obstruer les aérations prévues à cet effet.
  • Faire vérifier régulièrement par des professionnels qualifiés les appareils à combustion et l'étanchéité des conduites d'évacuation des fumées.
  • Faire ramoner périodiquement la cheminée et nettoyer la chaudière.
  • Respecter les normes de sécurité prévues par les constructeurs, notamment le cubage minimum d'air conseillé.
  • Remplacer les appareils vétustes.
  • Proscrire tout appareil non réglementaire.
  • Ne jamais faire tourner un moteur de voiture dans un garage fermé.
  • Ne jamais faire marcher au ralenti extrême un appareil à charbon.
  • N'utiliser les appareils de chauffage d'appoint que par intermittence et dans des locaux ventilés.
  • Ne pas utiliser de chauffage dans un local confiné, exigu ou sans fenêtre, ni dans une salle de bain saturée en vapeur d'eau.
  • Éviter de "bricoler" ou de court-circuiter les systèmes de sécurité des appareils qui disjonctent sans arrêt. Faire plutôt vérifier l'installation par un professionnel.
  • Enfin, ne pas hésiter à s’équiper d’un détecteur-avertisseur de monoxyde de carbone, surtout si on utilise des appareils fonctionnant au gaz, au fioul, au charbon ou au bois. Ce petit appareil est vendu aux alentours de 50€. Préférer un appareil estampillé NF

A savoir !

Le propriétaire d'un équipement défectueux peut voir sa responsabilité engagée envers son locataire ou tout autre occupant.

Nos solutions sécurité
Avec ce service en ligne, la MAIF facilite vos démarches, vous informe et vous conseille pour vous aider à prévenir le risque. Elle vous accompagne dans le choix des meilleurs équipements pour sécuriser votre maison (rubrique A la maison : gaz et monoxyde de carbone). Les produits proposés ont fait l’objet d’une sélection rigoureuse et indépendante par les experts du partenaire de la MAIF, Calyxis. Vous pouvez commander directement en ligne les équipements qui vous intéressent après avoir été dirigé vers les sites des fournisseurs sélectionnés.

Accéder au service