MAIF, Assureur Militant

Conseils et prévention
-

Crédits et épargne

Chèques : attention escrocs

Les sites de petites annonces en ligne sont devenus les cibles privilégiées des cyber-escrocs.

Différents scénarios

Classiquement, l’escroquerie porte sur l’achat d’un véhicule d’occasion.

  • L’acheteur se présente en dehors des heures d’ouverture des banques.
    Il repart avec le véhicule sans que le vendeur ait pu vérifier la validité du chèque, de banque ou non. Présenté au paiement, ce dernier se révèle être faux.
  • Vous décidez de passer une annonce sur internet
    Un acheteur vous contacte et vous envoie un chèque de banque contrefait, ajoutant qu’il passera prendre la voiture plus tard. La banque n’ayant pas découvert la supercherie, le faux chèque est crédité sur votre compte. Quelques jours plus tard, le vendeur use de son droit de rétractation et demande l’annulation de la vente et la restitution de la somme versée. Vous lui adressez un chèque par retour de courrier, sans savoir qu’entretemps, votre banque a rejeté le faux chèque initial.
  • L’acheteur se prétend intermédiaire et envoie un chèque d’un montant supérieur, incluant sa commission. À charge pour vous de la lui régler par retour de courrier. Le chèque de l’acheteur se révélera faux ou sans provision.
  • Les acheteurs ne sont pas à l’abri
    Certains vendeurs leur demandent de prouver qu’ils disposent de la somme en payant via Western Union ou MoneyGram. Or, ces organismes permettent de retirer l’argent anonymement. Le soi-disant vendeur peut ainsi librement disposer des fonds sans livrer la commande. Une autre forme d’arnaque consiste à réclamer le versement d’acomptes pour réserver l’objet convoité. Dès lors, vendeur et argent disparaissent. Cette liste est loin d’être exhaustive, vu l’imagination des escrocs.

Un dépôt de plainte nécessaire

Les escrocs opèrent souvent depuis l’étranger : Afrique de l’Ouest, Europe de l’Est, Royaume-Uni... Le dépôt de plainte permet aux autorités d’enregistrer les éléments du dossier. La mise en relation de plusieurs affaires justifie ensuite de solliciter la coopération judiciaire des pays sources d’infractions. Les spécificités, voire les lacunes des législations nationales, compliquent cependant la tâche des enquêteurs.


La qualification pénale

Ces pratiques s’analysent non comme du vol, mais comme de l’escroquerie. De ce fait, votre préjudice n’est pas couvert par vos contrats d’assurance, ceux-ci ne couvrant que les actes accidentels non intentionnels et le vol. Vous pouvez toutefois bénéficier du service conseil juridique de la MAIF, soit de façon préventive, soit pour envisager les recours possibles, dans le cadre des contrats que vous avez souscrits.


Conseils MAIF

  • Si vous vendez un véhicule, compte tenu de la recrudescence des faux chèques, y compris de banque ou certifiés, n’acceptez jamais un rendez-vous en dehors des heures d’ouverture des banques, quelles que soient les raisons invoquées. Vérifiez bien le chèque et les coordonnées bancaires présentés en téléphonant à la banque émettrice, non à partir du numéro figurant sur le chèque, mais en vous fiant uniquement à l’annuaire.
  • Si vous achetez un véhicule, méfiez-vous des trop bonnes affaires et ne versez aucun acompte.
  • Pour éviter les fraudes, les chèques de banque intègrent désormais un filigrane au papier, lisible par transparence. Identique pour toutes les banques françaises, ce filigrane comporte la mention " chèque de banque " encadrée par deux semeuses et deux flammes.

Vous pouvez aussi signaler toute tentative d’escroquerie sur :
www.internet-signalement.gouv.fr