MAIF, Assureur Militant

Enseignants

- Prévention à l'école

Le Trouble Déficitaire de l'Attention avec ou sans Hyperactivité (TDAH)

Bien que l'hyperactivité soit un terme entré dans le langage courant, ce trouble demeure méconnu, et reste difficile à cerner tant que l'on n'y est pas confronté directement. Il divise les spécialistes et suscite beaucoup de controverses. Afin de mieux comprendre son ampleur, des parents et des professionnels de l'Education nationale apportent réponses et solutions.

On sait aujourd’hui que le TDAH est une complication génétique affectant le développement du cerveau. Son origine est indépendante de l’environnement familial et de la motivation de l’enfant. En effet, les sujets atteints souffrent d’une carence du neurotransmetteur qu’est la dopamine au sein du cerveau. Les zones frontales sont alors affectées et ce qui perturbe le contrôle du comportement. Il est important de noter que leur intelligence n’est pas remise en question. Tous ont les mêmes capacités que leurs petits camarades à mener une belle scolarité... si ce n’est qu’elle est un peu plus mouvementée !

Vivre avec le TDAH

Delphine, enseignante spécialisée, est la maman d’un collégien de 14 ans atteint par ce trouble. " Mon fils est en troisième, et ça ne fait que deux ans que nous avons réussi à cibler sa maladie ". Elle nous explique que contrairement aux idées reçues, son enfant n’est pas un excité qui bouge dans tous les sens. Ses symptômes se manifestent de manière plus subtile.
Comme pour beaucoup, l’organisation s’avère être le problème numéro un de sa progéniture. " Un emploi du temps est impossible à mémoriser pour lui ". Ce qui conduit à un autre problème : Delphine et son mari ont acheté un portable à leur enfant pour qu’il note ses rendez-vous. Malheureusement, l’adolescent gère très mal le matériel et a tendance à le perdre fréquemment, comme beaucoup de ses affaires.
Feuilles mal rangées dans le classeur, crayons en bataille, ...ses fournitures dispersées sont devenues une véritable chasse au trésor pour Delphine et sa famille. " Il est très distrait, et a une mauvaise mémoire à court terme, mais excellente sur le long terme ". Autre problème dans la scolarité : la prise de notes. Le fils de Delphine ne parvient à noter qu’un mot sur dix. Ceci est lié à une grande inattention. Mais il est aussi impulsif : le jeune homme coupe la parole en classe. Il commence la lecture d’un énoncé de mathématique, et attaque l’exercice avant d’en avoir lu la fin. Il agit avant de réfléchir enfreignant parfois des règles malgré lui. En dépit de tout cela, ce jeune élève de troisième n’a jamais redoublé, et entretient de très bonnes relations avec ses professeurs.

S’adapter et adapter

En tant qu’enseignante, Delphine cible parfaitement les disfonctionnements que peuvent engendrer de tels symptômes dans une classe. Mais le plus important pour elle, est de ne pas toucher à l’estime de soi d’un enfant atteint par ces troubles. " Ses professeurs et nous-mêmes le responsabilisons de manière à ce qu’il soit le plus autonome possible ". La solution consiste, selon elle, à adapter son comportement à celui de son enfant, de manière à ne pas tomber dans la spirale de l’humiliation et de l’énervement. " Quand les professeurs et la Conseillère d’Education ont compris comment il fonctionnait, ils ont changé de regard, ils ont adapté leurs exigences ". De la même façon, l’association TDAH milite pour une information plus diffuse afin d’améliorer le dépistage et la scolarisation des ces enfants en proposant des outils aux parents et enseignants.
Autre prise en charge, qui elle suscite beaucoup de controverses chez les spécialistes : la médication. Le TDAH est un trouble neurologique, lié à un déficit de dopamine dans le cerveau. Les conditions nerveuses sont donc affectées. Les enfants atteints sont le plus souvent soignés par le biais de Ritaline®. " En France, on met en place un diagnostic bien précis, on conseille d’aménager des fenêtres médicamenteuses pour éviter l’accoutumance aux psychos-stimulants. ", nous apprend Virginie Martin-Lavaud, membre de l’AFPEN, Docteur en psychopathologie, psychologue clinicienne en titre et psychologue de l’éducation. Aussi, selon l’AFPEN : " Le traitement médicamenteux n’est qu’un des maillons de l’assistance proposée à l’enfant instable. L’accompagnement psychoéducatif et pédagogique représente un autre point fort du soin. "
Delphine administre du Concerta® à son fils selon les prescriptions du pédopsychiatre qui les suit. " Une fois par jour, en période scolaire et les résultats sont très visibles ". Sera-t-il médicalisé et atteint toute sa vie ? Les spécialistes ont observé qu’avec le temps, les patients compensent le trouble par un système d’organisation qui leur est propre. " Il ne disparaît pas, mais plus le sujet apprend à se connaître, plus il trouve de compensation pour repousser les symptômes ".

A qui faire appel ?

Comme la plupart des écoliers atteints par ce type de troubles, le fils de Delphine a bénéficié d’une aide scolaire. Il en existe plusieurs.
Parmi elles, le Réseau d'Aides Spécialisées aux Elèves en Difficulté. Le RASED. Dispositif d’abord mis en place, mais actuellement menacé par le Ministère de l’Éducation Nationale, il regroupe trois types de personnel spécialisé : psychologue, rééducateur et maître E. Ces derniers interviennent dans les écoles maternelles et élémentaires, pendant les heures scolaires. L’action des RASED contribue à assurer, en association avec les équipes pédagogiques, la prévention des difficultés, en particulier en maternelle, et la remédiation en classes de grande section, CP et CE1 prioritairement.
Autre dispositif : le Programme Personnalisé de Réussite Educative, ou PPRE. Il s’agit d’une action spécifique d’aide qui peut-être coordonnée avec les membres du RASED, et autres intervenants extérieurs. Même si l’enseignant de la classe en est le maître d’œuvre avec l’équipe pédagogique, le RASED peut apporter son concours à sa mise en œuvre.
Une fois le diagnostic établi par un pédopsychiatre, via, entre autres tests, celui de Conners, l’adaptation de la scolarité peut se faire dans le cadre d’un Projet d’Accueil Individualisé. Le PAI traite d'une manière générale de l'accueil des enfants malades en collectivité. Le médecin scolaire en est le véritable pivot. C’est ce dernier qui rencontre l'élève et/ou sa famille, afin de cerner les difficultés de l'enfant. À partir des ordonnances et courriers médicaux, des observations de l’équipe éducative, il établit les aménagements spécifiques d'une partie du protocole.
Enfin, si les troubles sont tels que l’élève se retrouve en situation de handicap, les parents peuvent solliciter la mise en place d’un Projet Personnalisé de Scolarisation, le PPS. Ils adressent leur demande à la MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées) et peuvent prendre contact avec l'enseignant référent pour être informés avec précision de la marche à suivre.

Pour en savoir plus :

  • Association TDAH (Association Troubles Déficitaires de l’Attention-Hyperactivité)
  • RASED (Réseau d’aides spécialisées aux élèves en difficulté)
  • FNAREN (Fédération nationale des rééducateurs de l’Education nationale)
  • AFPEN (Association française des psychologues de l’Education nationale)
  • FNAME (qui aux côtés de la fnaren et de l'afpen défend le dernier dispositif d'aide aux élèves les plus fragiles : les RASED.)
  • SFP (Société française des psychologues)
  • Integrascol
  • MDPH (Maisons départementales des personnes handicapées)