MAIF, Assureur Militant

Enseignants

- Prévention à l'école

Les établissements d’enseignement face aux risques majeurs

L'aggravation des catastrophes, en particulier d'origine naturelle, n'épargne aucun département ou communauté d'outre-mer. Les risques majeurs sont susceptibles de causer de très graves dommages qui portent atteinte aux personnes, aux biens et à l'environnement. Aussi bien tornade de Haumont que les récentes tempêtes du début d'année, nous ont rappelé la persistance de ce type de risque. Lorsqu'ils se produisent sur le temps scolaire, ils peuvent priver pour de très longues heures les écoles de tout secours et de tout moyen de communication. La vigilance assortie d'exercices d'entraînements est donc nécessaire.

Depuis mai 2002, tous les établissements scolaires français sont tenus de mettre en place un plan de gestion de crise, en cas de catastrophe majeure d'origine naturelle (séisme, inondations, tempêtes, glissements de terrain, avalanches …) ou technologique (émanations toxiques, pollution du réseau d'eau potable…). Sous l'appellation PPMS (plan particulier de mise en sûreté des établissements scolaires), ce plan opérationnel vise à définir les conduites à tenir dans les situations d'urgence. L'obligation de mise en oeuvre d'un PPMS est décrite dans le bulletin officiel du 30 mai 2002.

L'élaboration d'un PPMS dans les écoles

La prise de conscience des risques majeurs progresse, aussi bien en métropole qu'aux Antilles. Elle se traduit par la recherche effective de moyens pour protéger les élèves et les personnels quand survient une catastrophe naturelle ou industrielle. L'objectif étant d'en limiter les conséquences en attendant l'arrivée des secours.

Aujourd'hui 46 % des écoles ont mis en place un PPMS et sa rédaction est en cours dans 16 % des établissements. C'est le directeur ou le chef d'établissement qui élabore ce plan, en y associant l'équipe éducative, les élèves et leurs parents.

La mise en place d'un PPMS implique dans tous les cas :

  • la connaissance des risques naturels ou technologiques auxquels la commune est exposée,
  • les contacts avec l'autorité académique, le coordonnateur et les formateurs aux risques majeurs, la mairie, les secours locaux etc...
  • la constitution d'une équipe pour assurer l'encadrement des élèves et du personnel, les liaisons avec les autorités, la famille et les secours, les liaisons entre zones de mise en sûreté,
  • ds exercices de simulation.

Lors de l'élaboration du plan, voici quelques bonnes questions à se poser :

  • quand mettre en œuvre le PPMS ?
  • comment déclencher l'alerte interne ?
  • où et comment mettre les élèves en sûreté 
  • comment gérer la communication avec l'extérieur ?
  • quelles sont les consignes à suivre ?
  • quelles sont les ressources dont dispose l'établissement ?

Le PPMS, une fois rédigé, sera communiqué au maire de la commune, à l'inspecteur et au recteur de l'académie et à la collectivité territoriale dont dépend l'établissement, afin de garantir la bonne coordination des services concernés et la cohérence avec les mesures prises en matière de sécurité. Le PPMS doit être revu chaque année et validé chaque fois par un nouvel exercice.

Exercices de mise en sûreté dans les écoles

La validation du PPMS par des exercices d'entraînement reste encore insuffisante (seuls 54 % des PPMS réalisés ont été conclus par un exercice). C'est pourtant nécessaire pour vérifier la cohérence du dispositif prévu. Ils permettent aux élèves et aux personnels de s'entraîner sur la conduite à tenir en cas de catastrophe majeure. Chaque exercice ciblera deux ou trois objectifs opérationnels, réalistes, et partagés par tous. Il peut concerner la simple reconnaissance du signal d'alerte ou encore la bonne application des consignes générales et particulières de mise en sûreté etc.

Les objectifs détaillés de ces dispositifs sont expliqués par l'ONS dans un document téléchargeable sur internet (format PDF).

Prévention-MAIF accompagne les enseignants

Pour venir en aide aux établissements dans l'élaboration du PPMS et accompagner les enseignants dans leur action d'éducation préventive, le Ministère de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de l'aménagement du territoire (Meeddat) a proposé une action nationale de sensibilisation et de formation, à laquelle sont associés l'Institut de formation aux risques majeurs (iffo-RME) et Prévention MAIF.

Dans le cadre du partenariat, une action expérimentale a été initiée en 2007/2008 auprès d'un établissement par département. Prévention MAIF a notamment pris en charge le financement et la diffusion d'un nouveau livret scolaire, s'intitulant « les risques majeurs et moi » pour contribuer à l'éducation des enfants et sans doute celle de leurs parents. Ayant remporté un vif succès, l'opération a été prolongée et amplifiée cette année.

Pour vous aider :

 

Article suivant : Les devoirs de vacances